ELIZA NEALS / BREAKING AND ENTERING

Cette chanteuse issu de Detroit nous présente son nouvel album qui s’annonce comme une petite bombe dans le monde du blues.
Cette artiste qui a déjà une bonne expérience des studios et de la scène n’a pas voulu rater la chance avec ce « Breaking and entenring » qui pourrait se rapprocher des grands artistes actuels de blues.

Sur ce qu’on peut lire à propos de son organe vocal c’est la comparaison avec Janis Joplin qui serait évidente, effectivement la voix écorchée pourra vous évoquer la déesse du Blues, mais si vous voulez une comparaison plus actuelle, on pense surtout à celle de Dana Fuchs.

« Detroit drive » et « Breaking and entering » qui ouvrent l’album sont deux purs morceaux de blues avec voix et guitare slide pour le premier et rythmique au mi-tempo avec un morceau qui monte crescendo qui vous donnent des frissons dés les premières secondes.
« Jekyll and a hound » morceau lourd et prenant, musicalement c’est au top, les musiciens envoient la sauce, et le titre a également un côté soul, c’est du grand niveau.
Et le festival continue avec « Goo goo glass » qui sent bon le bayou, aux guitares grasses et percutantes, ce morceau est absolument irrésistible !

Eliza Neals a un jolie timbre de voix également lorsqu’elle ne pousse pas et le titre « You » en donne la preuve, un morceau Heavy/blues avec une rythmique qui cogne accompagné d’une guitare explosive qui envoie des solos d’une très grande efficacité.

« Pretty Gritty » à un côté Glam/rock’n’roll qui sent bon les seventies, un morceau frais et entraînant, le guitariste Howard Glazer nous gratifie encore de sacrés solis !

« Southern confort » morceau dans un style Blues/pop qui pourrait devenir un bon hit pour les radios.

« Winshield wipers », sur ce titre on pense à Sass Jordan, un titre assez cool qui se mélange entre le hard Fm et le blues.

« Sugar daddy » est plutôt soul, avec son côté sixties qui devrait lui aussi plaire à un grand nombre de personnes, Howard Glazer est un fou-furieux !

« I’m the girl », piano, orgue hammond, riffs incessants pour ce titre qui encore une fois possède un refrain entraînant.

« Spinning » revient aux racines avec un titre guitare électrique / voix comme seul les grands peuvent se le permettre

De part son expérience avec ses albums précédents, Eliza Neals a réalisé un excellent album mêlant habilement les sources du blues à un côté plus actuel, voire plus pop, une réussite totale qui devrait séduire un large public !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s