PRAYING MANTIS / TIME TELLS NO LIES

Saluons Rock Candy pour la réédition du premier album de Praying Mantis, un album phare et incontournable pour tous les amoureux de Hard rock mélodique. Praying Mantis qui fait partie de NWOBHM (New Wave of British Heavy Metal) nous offre avec ce « Time tells no lies » un chef d’oeuvre dans le style.

Fondé en 1974 par les frères Troy, Praying Mantis a connu une gloire relative dans les années 80, dans le sillage de Iron Maiden et des groupes de la NWBOHM. Une gloire qu’ils ne purent malheureusement confirmer dans les ventes et sur scène comme beaucoup pour des problèmes de management déficient. Mais avec cette réédition, il est possible de redonner sa place au groupe.

L’album n’a pas pris une ride, les morceaux restent toujours efficaces qu’accrocheurs. Les musiciens maîtisent parfaitement les mélodies et rien qu’à l’écoute du premier titre « Cheated », c’est une évidence, Praying Mantis étaient bien au dessus du lot de la plupart des groupes de l’époque. Le deuxième titre est la reprise des Kinks « All day and all the night », très bonne reprise même si aujourd’hui, on pourra la trouver assez quelconque. Oui mais à l’époque, c’est bien Praying Mantis qui m’a fait découvrir les Kinks, donc personnellement j’adore cette reprise.
Praying Mantis est plus proche de Thin Lizzy que de Tygers of pan tang ou de Iron Maiden (même si quelques rythmiques peuvent parfois évoquer la vierge de fer).
Tous les titres sont géniaux de « Lovers to the grave » à « Beads of ebony », « Flirting with suicide » avec une mention spéciale pour le morceau le plus pêchu « Panic in the streets » ( petite pensée pour l’intro à Sweet Cheater de Ratt) et bien sur le sublime « Children of the earth » qui reste pour ma part un des plus beaux morceaux mélodiques de cette période.

Le cd est gratifié de Bonus issus d’un double 45t avec notamment l’inédit « Thirty pieces of silver » (studio), un excellent titre dans la même mouvance que « Children of the earth » et de « Panic in the streets » et « Flirting with suicide » en live. Mais ce cd avec ces Bonus existait déjà sur une rare version de High Vaultage. Mais Rock Candy fait encore plus fort : il ont rajouté le titre « Praying Mantis » et « High Roller » issu de leur 1er 45t. A l’écoute de ces 2 titres, on sent bien que ce sont les débuts du groupe, bien éloigné de la qualité des autres titres de l’album.
Mais c’est d’autant plus génial d’avoir ces morceaux cultes réunis enfin sur un seul cd. De la pochette sublime au contenu superbe, l’achat de ce cd est indispensable, pour tous fans de hard rock mélodique qui se respecte !

10/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s