RAGDOLL / BACK TO ZERO (2016)

Attention Groupe explosif !

Ragdoll est un trio australien qui sort un premier EP en 2011.
Le groupe est composé de Ryan Rafferty au chant et à la basse, Cam Barrett à la batterie et Leon Todd à la guitare.
Après avoir tourné dans divers pays et dans de grands festivals comme le Rocklahoma aux côtés de Rob Zombie, Megadeth et Chickenfoot, ils sortent plusieurs EP.

Le groupe sort en 2014 un autre cd réunissant les deux premières oeuvres pratiquement épuisées.

Le groupe tourne alors aux Etats-unis et solde leur tournée par un concert au Whisky A Go Go.

Le groupe fait une pause et commence l’écriture de son premier album.

Musicalement, Ragdoll se détache de pas mal de groupes (nous allons en parler dans quelques lignes) mais aussi au niveau des textes plutôt axés sur des sujets d’actualités, la dépendance des médias sociaux, les violences conjugales etc…

Il faut dire également que le groupe a produit son 1er album sans aucun support financier, en effet il a été produit grâce à l’argent collecté lors des 70 concerts effectués en Australie et aux Etats-Unis en 2015.

Et ce premier album intitulé Back to Zero arrive aujourd’hui dans les bacs.

Si musicalement le groupe s’identifie au Raw Power et peut-être décrit comme du hair Grunge, il y a un groupe dés le premier titre qui m’a ressurgi tout particulièrement, c’est Lillian Axe !

Le groupe a cette même force dans ses riffs et ses mélodies assez « dark ».

Et sur « Shine » cela devient évident entre le chant, les riffs et les solos.

Même si le troisième titre « Playing god » continue dans cette lignée, ne croyez pas que Ragdoll est une simple copie, loin de là, le groupe a vraiment son propre style et Ryan Rafferty est un chanteur qui n’a pas vraiment la voix de Ron taylor,
et le groupe sonne moderne mais pour ma part, on est dans le même esprit.
Ce groupe a un son vraiment heavy et sa rythmique vous cloue littéralement au sol.
Avec « Rewind your mind » le groupe me fait penser à un second groupe dans sa période Post Grunge, j’ai nommé Harem Scarem, musicalement et vocalement, on pense à l’album « Voice of reason ». Mais ce sont mes propres références, certains auront d’autres groupes en tête et d’autres pas du tout.
Ragdoll ayant sa propre identité !

Le guitariste nous envoie des riffs et des solos fantastiques comme sur le très bon « last in time » et « Letting go » qui continue durçit encore le ton, ça frappe fort et les musiciens sont carrés à mort !

Le groupe a de multiples facettes et le morceau « Dreaming out loud » n’est pas très éloigné d’un Buckcherry.

Ce trio est hyper doué et l’on sent qu’il se fait plaisir comme sur « Save me  » où les breaks explosent avec tous ces changements de tempo.

Et si « Love on the run » revient sur un terrain beaucoup plus hard Us des années 80, « Kungfoolery » quant à lui est un instrumental lorgnant vers un métal fusion qui groove un maximum, c’est dire l’étendue musicale de ce groupe.

Ragdoll vient de frapper très fort avec ce premier album, un album carré, solide et mélodique juste comme il faut !

Bienvenue dans la cour des grands !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s