MAGLEV / overwrite the sin (2016 )

Joost Maglev, est un musicien multi instrumentiste hollandais qui a joué notamment en tant que bassiste dans Equisa. Le voilà maintenant en solo…

Pour ce premier album Joost Maglev s’est entouré de Sebas Horning, Scarlet Penta, Myrthe van de Weetering, Emmy van Gemert et de Robby Valentine au piano sur le second titre.

Et justement dés le premier morceau « Play the game », si le couplet vous fera penser à Supertramp, on retrouve sur le refrain une très grosse influence de Robby, un refrain Hard Fm qui pourrait se retrouver sans aucun problème sur un de ces albums. Cet album se compose de cinq morceaux allant de huit à treize minutes mélangeant les genres du rock progressif.

D’ailleurs Maglev ne cache pas ses influences et si vous regardez la vidéo de « play the game », tous les groupes dans lequel il a puisé ses inspirations apparaissent sur l’écran. « Song Of A Dead Bard » le second titre est une très jolie ballade d’inspiration Genesis avec un côté folk médiéval et une superbe mélodie jouée au piano par Robby Valentine. Si chaque morceau a son propre univers, celui-ci est vraiment magnifique avec différentes variations et une montée en puissance sur la fin qui est vraiment réussie.

Et arrive le troisième titre, « Judith », qui s’inscrit complètement dans l’univers de Valensia avec ses multiples changements de rythmes et de mélodies. L’orchestration absolument sans failles et ces mélodies superbes font de ce morceau un des titres phares de l’album. La fin du morceau où Maglev répète inlassablement le prénom « Judith » est vraiment jouissif ! Pour ceux qui ne connaîtraient pas Valensia, on peut souligner dans ce morceau une grosse influence de Queen. « Confined » commence avec la voix soutenue par une guitare, un violon et un clavecin. Une intro aux accents espagnols superbe mais l’enchaînement sur les rythmes speed ne colle pas vraiment et est réalisé d’une façon trop brutale. On a réellement beaucoup de mal à rentrer dedans et le retour à l’acoustique ne se fait pas sans mal, c’est vraiment dommage car les mélodies sont toujours très bien amenées.

« The hands of time » dernier titre de l’album de plus de douze minutes est une belle ballade qui est un mixte de rock progressif et d’AOR. Il manque cependant ce petit plus dans la construction de ce morceau pour qu’il devienne réellement un atout majeur de cet album et c’est bien dommage. Mais ne faisons pas la fine bouche, ce premier album de Maglev est un vrai plaisir à écouter et sans être vraiment original, il nous délivre des compositions de très bonne facture, un peu comme un petit frère voulant suivre la voie de ses aînés. Il faut le souligner, Maglev a réalisé un travail colossal sur chaque compositions, avec des harmonies vocales superbes et musicalement c’est d’un très haut niveau !

Bravo à Maglev pour cet album qui plaira notamment aux fans de Robby Valentine et de Valensia !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s