CASABLANCA – MISKATONIC GRAFFITI ( 2015 )

Ce qui est sur, c’est que l’on ne pourra pas critiquer Casablanca pour être un groupe commercial ! Car pour ce troisième album, Casablanca nous sort visuellement une pochette plutôt intrigante, un titre bizarre et surtout pour ce troisième opus, le groupe nous annonce un album concept basé sur le mythe de Cthulhu, tiré d’une histoire de H.P Lovecraft.

L’album est composé de trois parties dont le premier chapitre se résume au retour de fantômes, des uniques rescapés des originaux. (pour les autres chapitres, les intéressés pourront écouter l’album). Pour le groupe il s’agirait d’un album où « Ziggy Stardust rencontre H.P Lovecraft dans Twin Peaks ! » et alors là, on se dit que les fans du premier album vont partir en courant surtout que le premier titre « Enter the mountains », dure plus de neuf minutes.

On s’imagine le groupe nous proposer plutôt un album progressif et très éloigné de son glam / hard rock aux influences d’Hanoi Rocks et de Thin Lizzy de ses deux précédentes réalisations. Mais il n’en est rien et si ce premier titre surprend par sa durée, les fans du groupe vont être enchanté par ce titre qui s’avère superbe, même il est vrai s’inspire plus du hard rock seventies que du glam rock aux sonorités eighties du premier album.

« Closer » va continuer dans cette voie et le break orgue/guitares nous fait penser effectivement à Deep Purple. Mais le groupe a sa propre identité et le chant de Anders Ljung donne toujours un esprit glam aux morceaux qui sont tous très bons. « This is tomorrow » avec son riff à la ZZ top agrémenté d’un orgue hammond la voix de Anders Ljung se rapproche cette fois-ci de Mike Tramp. Un titre entraînant et si le groupe nous raconte une histoire, il n’en fait pas complètement un album concept. On peut très bien écouter les titres séparément. « My shadow out of time » le premier single de l’album et qui ne m’avait pas du tout emballé à la première écoute sur le net, prend ici toute sa place et se révèle vraiment bon. La puissance, la mélodie, l’orchestration entre les roulements de fûts, l’orgue hammond, les guitares sans oublier les bruitages nous emportent.

Si les années 70’s domine cet album, le groupe ne sonne pas vraiment comme une vulgaire copie. Il a son propre son et comme à l’image du titre « sister », il se partage entre glam/pop rock des années 80. (Ce tom basse qui nous fait toujours penser à Hanoi Rocks). Au hasard prenons « Name Rank Serial Killer » qui est un morceau bien speed et qui garde toujours cet esprit glam rock. Ou encore, le morceau éponyme « Miskatonic Graffiti » qui est absolument génial où l’on retrouve le Casablanca du premier album. C’est un titre entraînant avec ses petites touches subtiles de guitares et de piano. Un vrai tube même si on le sait qu’il ne le deviendra jamais. » She Was the One » est une ballade aux accents rock US, avec une mélodie imparable. Puis on termine avec « Exit the mountains » qui nous replonge dans le contexte de l’album concept et qui est magnifique, avec ces variations électriques et acoustiques lui donnant une dimension épique.

Un troisième album d’une grande richesse musicale, étonnant et original, plus complexe il est vrai que ses précédents, mais un album qui donne l’assurance que Casablanca possède son propre style. Un groupe peut-être qui restera culte mais qui aura eu l’audace de nous proposer un album magique et envoûtant. Et ça, ça ne se rate pas !!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s