Diesel / Under The Influence (Mark Lizotte ) 2011

( Pour ceux qui auraient loupés cet album, voici ma chronique à la sortie de l’album en 2011)

Un nouvel album de Diesel (non pas le parfum, ni le moteur) qui arrive, c’est toujours bon à prendre, le titre quand à lui me gênait légèrement, j’espérai que son album ne soit pas un album de reprise, sans regarder les titres, je mettais le cd dans ma platine et dès les premiers accords, mes premières impressions étaient « hélas »les bonnes, Mark Lizotte (son vrai nom) avait décidé de nous balancer des titres des musiciens qui l’avait influencé depuis tout pitit.

Je mis la platine sur Stop et pris de panique, j’ai regardé les titres, quelques-uns ne me disait absolument rien, mais je n’étais pas vraiment ravie de cette surprise.

Le premier titre que Diesel avait décidé pour ouvrir l’album n’est rien qu’un morceau d’Hendrix et quel morceau « Spanish castle magic » !
Bref, pendant que je commençais à me morfondre et de me dire que j’allais me taper de nouveau un pauvre album de reprises, je remettais « Spanish castle magic »,et là, un putain de coup au cul, quelle reprise !

L’album avait démarré et de quelle manière !

Je n’apréhendai plus le morceau suivant, au contraire, j’avais hâte !
« Crossut saw » d’albert king prit le relai, Hum ! excellent ! mais c’est avec « I’m a man » d’Al Green que Diesel nous montre à quel point il a le Rythm’n’blues et la soul dans la peau !
On change de registre avec une reprise des Sonics « Have love. » ça balance grave, une reprise des Fuzztones aurait été une bonne surprise également !

Côté compos de Diesel, nous avons droit à des instrumentaux, le premier s’appelle « Thang 5 » et c’est toujours aussi bon.
C’est avec un morceau de Savoy Brown que Diesel continue d’envoyer la sauce musicale et quel morceau mais surtout quelle reprise mes enfants « I can’t get next to you » ça groove !

« Cinnemon girl » de Neil Young est elle aussi superbement exécutée, rien à dire.
« Thang 4 » Le deuxième intrumental est plus cool avec des effets de gratte assez space.
On repart avec un autre titre d’Hendrix « Wind cries mary » les cuivres apportent un petit plus, la voix de Diesel est nickel, ne parlons pas de la gratte, bel hommage !

Vous prendrez bien un petit Freddie King pour la route, Diesel nous offre « Goin down », un excellent morceau « Rock », Putain ça joue avec les cuivres et la gratte, un vrai régal !

« Reconsider baby » je ne sais pas si le morceau a été chanté par quelqu’un d’autre, pour ma part je ne connais que la version d’Elvis. Un morceau honnête, mais peut-être le titre qui pêche moins que les autres malgré un bon solo de gratte et de piano.
« It’s all in the game » est le 3ème instrumental, un morceau assez cool, « Caladonia » enchaîne un morceau dans le style de « I’m just a gigolo ». L’album se poursuit avec un classique d’un précurseur, j’ai nommé Link Wray et le morceau est bien sur instrumental et s’intitule « Rumble »
L’album se termine avec un dernier titre instrumental « Thang 6 », qui est bien sympathique, on sent bien le blues au bout des doigts, le final est excellent mais le solo aurait dû commencer plus tôt.

Pour conclure, « Under the influence » est une excellente surprise et Diesel réussit parfaitement à nous faire vibrer et rendre hommage à ses influences !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s