Mike Ruocco / The rise, the ride, the risk (2012)

En 2007, Le premier album de Cinder road « Super human » était excellent, le groupe mélangeait un hard rock (parfois moderne) et un hard fm musclé de très bonne facture.
Personne ne se trompait sur ce groupe prometteur qui d’ailleurs se retrouvera en 2008 à faire la première partie de KISS sur plusieurs dates aux USA et en Europe.

Leur présence scénique confirmait que ce groupe allait pouvoir rivaliser avec les plus grands…
Et puis plus rien, pas de nouvelles à part les dates de sortie d’un nouvel album sans cesse repoussé, au final c’est en 2010 que le groupe sort enfin « Damage control ».

Un album qui ne sera pas vraiment distribué et les fans se contenteront surtout de l’ import japonais contenant 2 bonus tracks.
Côté groupe, le groupe s’est séparé du batteur et du bassiste.
Côté musique, Cinder road nous offre un album beaucoup moins bon que leur predécesseur, les titres sont beaucoup moins percutants et l’album souffre de ressemblance entre chaque morceaux. Néanmoins l’album reste très correct et peut pour les fans du groupe se placer dans leur cdthèque sans aucune honte avec notamment « Sex addict », « Breaking me », « the devil made me do it » et la ballade « Without you » qui restent des titres de qualité.

Et nous voilà avec ce nouvel album solo de Mike Ruocco, alors pour ceux qui adorait le chanteur sur les morceaux les plus speed et rock de Cinder road peuvent sortir de suite, pour les autres en revanche qui appréciait le chanteur sur les semi-ballades, ils seront servis car l’album n’est qu’une succession de morceaux assez cool, des ballades pop/Hard Fm bien gentilles. Les refrains et les breaks sont là quand vous les attendez, il n’y a aucune surprise et c’est vraiment dommage.

Le chanteur ne se permet même pas un morceau en voix/gratte acoustique, non il préfère les mi-tempos à répétition et on s’ennuie ferme tout au long de cet album. Cela me fait penser à Harry Hess qui depuis plusieurs albums se répètent avec les même mélodies, sa voix en devient linéaire et insipide.

Un morceau comme « losing you » n’est pas foncièrement mauvais mais il faudrait que Mike arrête avec les effets de voix, « Millionaires » est assez sympa mais les mélodies ont déjà été tellement entendus, l’album s’oublie aussitôt qu’il s’arrête, c’est vraiment dommage car le chanteur a réellement un potentiel, il l’a déjà prouvé !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s