The Darkness + Ginger Wildheart – Le bataclan, Paris 09/03/2013

C’était un événement, plus de vingt ans que je n’avais pas mis les pieds (et le reste aussi) dans le Bataclan, et c’était la première fois que je m’apprêtai à voir THE DARNESS sur scène.
Lorsque nous arrivons à l’entrée, les vigiles nous refusent l’accès à cause de Chips, et oui, c’est dangereux les Chips, une chips dans l’oeil et t’es foutu ! Je lui dis : « bon ça va, on n’est pas des gosses, on va pas les ouvrir », le mec « c’est le groupe qui ne veut pas de nourriture ! »
« quoi ? The Darkness n’aime pas les chips, la prochaine fois, je viendrai avec un cassoulet ! »

Lorsque nous arrivons, le Bataclan n’est pas vraiment remplie, nous en profitons pour nous mettre au plus près de la scène du côté droit, nous aurons de cette façon une bonne visibilité pour l’ensemble de la soirée.

Ginger ouvre le bal, malgré le fait que le Bataclan est toujours loin d’être bondé, le public fait une bonne ovation à ce ex et toujours WILDHEART (est-ce clair ?) , il est accompagné par deux guitaristes, un bassiste, un batteur (oui je sais c’est incroyable) et une choriste répondant au doux nom de Victoria, une blonde bien sympa qui va apporter du coffre physiquement et vocalement sur tous les titres.
Ca déménage pas mal et les harmonies vocales fonctionnent toujours autant même si tous les morceaux ne sont pas du même calibre et Ginger s’en va en oubliant de nous faire un morceau de earth vs the Wildheart (comprend pas ? En plus il doit bien fêter les 20 ans de l’album ?), il aurait pu faire un effort mais bon, même son micro ne fonctionne plus pour nous dire Goodbye, c’est donc bien l’heure de partir…
la prochaine fois, je viendrai avec ma platine et mon cd, ça sera plus simple !

Le Bataclan est s’est bien remplie quand les lumières s’éteignent et que enfin, arrive THE DARKNESS, le groupe avant de prendre chacun leur position vient saluer le public, public d’ailleurs très très chaud, il y a des gros fans, certains ont d’ailleurs bien bu (ça me rappelle ma jeunesse) mais nous en reparlerons plus tard, le groupe démarre sur le 1er titre de « Hot cakes », le très bon « Every Inch of you », tout de suite on voit que le groupe maîtrise parfaitement son sujet et que la voix de Justin est au top . Le groupe enchaîne avec « Black Shuck » premier titre de « Permission to land », parfaitement exécuté, le groupe déménage sur scène, c’est assez impressionnant, et bien que les autres musiciens soient plus en retrait notamment le batteur qui se fait tout discret mais qui fait son job, le gratteux et le bassiste font en sorte que le public tape des mains.

« Growing on me » continue d’enflammer le public, ça joue, Justin est un excellent Frontman et lorsqu’il se décide à parler, c’est dans un Franc-anglais pas si mauvais que ça (il se débrouille le bougre). Ca bouge dans tous les sens et les mecs de la sécurité commence à s’échauffer mais pas pour la musique, d’ailleurs ça ne leur plaît pas trop puisqu’ils tournent le dos au groupe, non ?
The Darkness en profite pour nous balancer un génial « She just a girl Eddie ».

Puis ensuite, toujours en presque Français, Justin nous annonce « One way ticket to hell », c’est la folie, Justin court partout, les mecs sont très très bons, les morceaux passent à une allure folle !
Ca continue avec « Nothin’s gonna stop us », deuxième titre du dernier album, vocalement c’est parfait, impressionnant même !

Les jeunes à côté de moi veulent chanter, je leur dis « Oh moins fort, j’entend pas ! » la prochaine fois je viendrai avec ma batte de base-ball, en parlant de ça, les mecs de la sécurité passent dans le public, ça y est, ils sont fans ! Euh non, en faîtes il y a des branleurs qui font chier tout le monde et ils les font dégager, pour uns fois, je ne vais pas leur donner tort, d’ailleurs ils pourraient en profiter pour virer le mec à côté de moi qui s’agite avec son portable toutes les deux minutes, ça sert à rien mon gars, tu es ridicule, il regarde son portable pour voir si ça marche et puis il saute trente secondes, puis il regarde son portable, et il lève l’autre bras et il crie « Ouais ! » puis il recommence, je lui hurle dans les oreilles que c’est un gros blaireau, il n’entend pas, j’espère que son portable lui laissera ce souvenir, la prochaine fois, c’est décidé je viendrai avec mon canon scié.

Le groupe décide de nous délivrer un « Get your hands off my woman » qui met tout le bataclan en folie ! Les gens se transforment en drag queen, le bataclan se met à scintiller de façon étrange, c’est le Rock’n’roll Man !

Une fille bourrée passe devant moi, « s’cusez moi » me dit-elle, je n’ai pas le temps de lui dire « Connaissez-vous les dangers de l’alcool Miss Pouf ? » car le groupe continue sa chevauchée avec toujours un titre du premier album « Love is only a feeling », le public balance tous les bras de chaque côté, parce que maintenant tout le monde s’aime et tout le monde a envie de s’embrasser, la vie est belle, la fille bourrée repasse, je lui écrase le pied pendant que le morceau défile, c’est superbe, la prochaine fois, je viendrai avec mes pompes de sécurité !

« Friday night » toujours issu de « Permission to land » prend le relais et c’est toujours aussi bon !
« Concrete » de Hot Cakes redonne encore plus de patate à ce concert de Madness (c’est pour changer du mot folie), il fait chaud, il fait très chaud (et ce n’est pas parce que j’ai mis 4 pulls)
Vocalement c’est toujours au Top, aucun morceau ne fait redescendre la température, c’est ultra glam spirit of the crazy fukin’ world !

Le groupe continue avec le single « How Dare You Call This Love? », très très bonne idée !
C’est à ce moment là qu’un énergumène à priori très éméché vient à la rencontre de nos amis de la sécurité et se fait refouler gentiment, c’est à dire que le gars atterrit juste devant moi et il fait la balançoire mais il n’est pas dans le rythme, au bout de quelques minutes, il arrive à remettre son blouson et risque de tomber à la renverse, t’inquiète pas ducon je suis là, il repart vers la sécurité qui là le prenne par la main et s’en vont dans les coulisses, je trouve ça louche, la prochaine fois, je viendrai avec un alcootest.

Ça continue avec« Givin up », le public chante avec Justin, c’est jouissif, putain de rock’n’roll !
Le groupe enchaîne comme sur l’album, c’est donc « Stuck in a rut », un morceau qui ne fait pas l’unanimité chez moi ( je me suis réuni à plusieurs reprises et je ne change pas d’avis), mais en live, ça passe super bien !

Le groupe termine en beauté avec le génial « I believe in a thing called love » c’est de la frénésie* ! (*Parkinson ! Dixit : Au bonheur des dames)
Justin aura sauté de tous les côtés, fait des pirouettes, bref, la grande classe !

Le groupe se sauve, mais nous le savons, il va avoir un rappel ! Je lance donc mon « DARKNESS » frappé de 3 claps fortement répétés depuis mon appartement et ça marche !
Le public me suit au bout de 25 minutes, la prochaine fois , j’emmène mon haut parleur !

le groupe revient pour un rappel, le chanteur a semblablement pris un bain car il est accompagné d’une serviette et c ‘est reparti pour « Best of me » un autre single, excellent titre qui déchire tout !

Ils enchaînent avec une reprise de Radiohead, mais rassurez-vous à la sauce THE DARKNESS sinon, le public se serait mis à pleurer, donc on retrouve la version de Hot Cakes qui est à tomber, vocalement Justin est toujours au Top, pas un octave de travers de toute la soirée !
Justin nous annonce que le prochain titre sera le dernier, le public n’est pas content, non il n’est pas content ! Mais Justin a de la répartie et il annonce que le morceau durera 20 minutes :
« Love on the rocks with no ice » continue d’enfoncer le Bataclan dans un Cataclysme de Rock’n’roll !

Et c’est alors que le groupe est prêt a entamer son solo de flûtes traversières que Justin s’approche du public et qu’il fait monter sur la scène un petit jeune chevelu, il nous montre la pancarte que le jeune homme tenait depuis des heures, la pancarte implore qu’il puisse jouer avec le groupe « I believe In A Thing Called Love « ni une ni deux, Justin lui passe sa guitare et le chevelu se retrouve membre de THE DARKNESS et va nous donner une version torride joué au millimètre avec le groupe, c’est décidé la prochaine fois, je viendrai avec une pancarte géante pour pouvoir faire les sandwichs du groupe, tout le monde doit avoir sa chance non ?

Le concert se termine sur cette note génial, tout le monde est content pour le gamin qui s’avère être un excellent guitariste (dommage que Jennifer de The Voice ne soit pas dans le public, ça aurait pu l’intéresser), les lumières se rallument et nous sortons du Bataclan avec la sécurité qui tous vêtus de rouge (c’est beau le rouge!) nous pousse gentiment vers la sortie « VOUS POUVEZ SORTIR SVP », une fois dehors, ils n’oublient pas de nous dire de ne pas discuter à cause du voisinage, bref ça fait plaisir, c’est Rock’n’roll, finalement ce sera quand la prochaine fois ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s