Coen Wolters Band / Illumination (2014)

Et voilà encore, un sacré bon album de blues, Coen Wolters n’en est pas à son premier essai mais celui-ci, je peux vous le dire est réussi à 100%.
Ce guitariste allemand qui a écumé bons nombres de salles en Europe nous revient avec ce nouvel album « Illumination » qui regorge de titres joués avec inspiration !

Coen Walters joue un blues, teinté rock hard inspiré seventies avec de petites touches Funky qui groove à mort !

Si le grand public écoute les premiers riffs de »Time of day », ils penseront indéniablement à Lenny Kravitz et le morceau est un vrai délice, un blues hard qui balance et qui nous envoie d’entrée un excellent feeling.

« Complicated », un mi-tempo terriblement efficace avec un refrain au diapason.
S’enchaîne le superbe « Into the light », un blues sompteux où la voix de Coen Wolters fait merveille et sa guitare se fait fluide puis le break vous emporte complètement, on pense bien sur à Stevie Ray Vaughan avec ces 7 minutes de bonheur !

« You, me and your monkey » et « I’m gone » sur un rythme Groovy/Funky reprennent le relais, cette rythmique basse/batterie assure et laisse la guitare s’exprimer parfaitement.

« Home » est un titre plus cool, la mélodie excellente plaira à tout fan de rock et de blues qui se respecte.

sur « Shake my tree » avec cet intro qui nous fait très légèrement penser à « I’m eighteen « , avec son orgue Hammond qui se fait discret et ce refrain génial avec cette très bonne mélodie.

« Brand new day » plus lourd pourra plaire aux fans d’Eric Sardinas et « Devil’s train qui termine l’album teinté de ce blues bien frappé et encore une fois un refrain qui claque et qui fait mouche sans oublier cette rythmique et ces terribles riffs.

Si l’album s’appelle « Illumination » Coen Wolters est loin d’être un « illuminé » et maitrise totalement son instrument, il réalise des énormes solos mais ne dépasse jamais les limites et c’est bon de savoir qu’il y en toujours sous la semelle. Le travail de la rythmique est d’une grande importance, avec des riffs et des breaks qui sont très bien amenés et donnent obligatoirement de la force dans les compositions.

Le jeu de Coen Wolters vous fera penser par moments à Rory Gallagher ou encore à gwyn Ashton.

Un album haut de gamme qui j’espère va connaître un jolie succès, c’est tout le mal que l’on peut souhaiter à cet « Illumination »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s