TODD GRIFFIN / 7 DAYS TO THE SABBATH (2015)

Après le superbe « Mountain man » sorti en 2014, le label Bad Reputation nous offre un magnifique cadeau avec ce nouvel album de Todd Griffin intitulé : 7 days to the sabbath.

En fait, il ne s’agit pas de nouvelles compositions mais des morceaux issus de divers enregistrements avec des pointures du rock et du hard rock.

Pour ceux qui le nom de Todd Griffin n’évoqueraient pas grand chose, rappelons que ce chanteur a signé sur Geffen dans les années 90 en tant que vocaliste au sein du groupe « The Graveyard train ».

Ce groupe proposait un excellent hard us bluesy à la Tesla, d’ailleurs l’album était produit par Tom Zutaut qui avait notamment produit le groupe de Jeff Keith.
Hélas, malgré des compositions de qualité et ce timbre de voix original, The Graveyard train splittera un peu plus tard.

Todd Griffin a ensuite joué avec de nombreux musiciens et a sorti son premier album solo en 2003 intitulé «Trial By Fire » (bientôt réédité par Bad Reputation).

Pour ce « 7 days to the sabbath » on retrouve autour de ces 14 titres une pléiade de musiciens dont Mark Kendall (Great White), Brian Forsythe (Kix), Doug Petitbone (Lucinda Williams) et si le dernier album en date du chanteur avait pu éloigner certains fans de The Graveyard train, celui-ci devrait plaire aux nouveaux et aux anciens fans du chanteur.

Les fans de rock américains vont accrocher immédiatement à ces compositions superbes où tous les titres s’enchaînent d’une façon compacte et équilibrée.

Prenons au hasard quelques morceaux, « No love in america » est un titre aux influences seventies aux essences Led Zep, Todd Griffin possèdant ce grain de voix prenant et éraillé.

« Sundance Dance » avec Brian Forsythe aux guitares est excellent avec un final blues très inspiré.

« Manchild » morceau qui nous plonge dans l’univers des Doors et de Janis Joplin avec toujours des solos de grande qualité interprété cette fois-ci par Doug Petitbone.

« Understanding » et son côté rock sudiste, groovy à souhait ou encore « Seven days » un titre bien heavy dans le style de Sass Jordan et de son album Rats.

Pour les autres titres de l’album, Todd Griffin nous offre des ballades bluesy superbes comme « New shoes », « Man in the sky » qui nous fera penser à Cinderella période « Heartbreak station ».

« Let your love skin » où la voix de Todd est absolument délicieuse dans le style d’un « Been your fool » de Tattoo Rodeo.

« Angel », blues superbe Mark Kendall aux commandes avec l’orgue hammond ou cette fois-ci, on pense au Heavy metal Kids et Gary Holton.

« Almost cut my hair » la reprise de Crosby qui est magique, un côté seventies qui lorgne du côté de Stone the crows avec un Brian Forsythe impérial.

« Every little wonder » excellente ballade qui termine l’album sera un vrai régal pour les fans de Tesla .

De John Cougar à Great White, de Tom Petty à Tesla, tous vont tomber avec cet album magique qui vous filent les frissons et qui ne paraît à aucun moment comme une compilation tant les titres s’enchaînent avec une parfaite fluidité.

Plus aucune excuse pour ne pas connaître Todd Griffin qui grâce au label Bad Reputation revient définitivement sur le devant de la scène et ça nous fait le plus grand bien !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s