REVEREND BLACK NETWORK / HELL OR HEAVEN (2013)

« Si d’entrée je vous dis que nous avons affaire à un groupe français, vous allez faire la grimace, et si je vous dis Lionel Raynal ? Peut-être allez-vous changer d’avis ? »
Comment cela ne vous dit rien ? Et bien tant mieux et faisons court car Lionel Raynal est tout simplement un des meilleurs guitaristes hard blues français et il nous le prouve sur ce nouvel album.
Sachez juste que Lionel Raynal a sorti d’autres albums sous des formations différentes et partagé l’affiche avec plusieurs grands comme par exemple ZZTOP.
Bon d’accord ce n’est pas vraiment un exemple car le groupe qui est composé de Patrick Baldran autre guitariste, Bruno Maurin à la basse et de Patrice Pillon à la batterie sont partis à Austin au Texas pour enregistrer ce nouvel album et qu’il a été mixé par Chet Himes qui a travaillé entres autres avec les barbus.

L’album commence par un court instrumental « introduction » qui de suite vous prévient que l’on a affaire à du sérieux, le son est puissant, extrêmement bien produit, c’est du lourd !

Et lorsque la voix caverneuse de Lionel s’impose dès les premières notes de « Better days » on continue à mettre le son encore plus fort.

Si la voix de Lionel peut gêner certains, ne vous inquiétez pas, vous allez vous y habituer très vite, sur ce « better days » les guitares rugissent, les chœurs « indiens » au lointain sont une excellente idée et les solos sont cuisinés aux petits oignons.
« Back home » fait penser à un mixe de Motorhead période « on Parole »et de ZZ Top.
« Behind the black door » blues hard qui vous enfonce dans votre fauteuil, on pense à Gov’t Mule. « Hello Heaven » fait partie de mes titres préférés, un titre Blues rock qui vous fera penser encore à ZZ top mais c’est superbement maitrisé avec le refrain et les chœurs, c’est super bon !
« Lost in vegas » et sa basse/Batterie, ça groove vraiment bien, la voix s’installe et le riff est vraiment prenant, le break est bien amené, les solos s’enchainent et nous donnent l’impression que le morceau est bien trop court.
« Just a shadow » continue dans la même lignée mais je trouve que c’est le titre le plus faible de l’album.
« In this town » repart sur un groove beaucoup plus déterminé, sorte de morceau fusion avec quelques instants funky au niveau de la gratte, superbes solos, bref un des meilleurs titres de l’album.
« Fading years » plutôt rock avec ses guitares acoustiques, ses solis et son refrain qui tient la route est vraiment bien foutu.
« Who are you » encore un titre hard blues avec un sacré riff qui sonne assez seventies.
« Garden of stone » plus rock avec son tempo plus rapide est encore une fois rehaussé de son refrain qui fonctionne parfaitement.
« East side of the city » qui termine l’album est un Blues de toujours que tout bons guitaristes de la planète ne renierait !
Autant dire qu’avec cet album, vous aurez chaud tout l’hiver et que les fans de Hard Blues peuvent l’acheter les yeux fermés !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s