Rival sons Concert Le trianon le 11/11/2014

Préambule :

Le public :
Le Trianon était complet ce soir mais une infime partie du public était présent pour faire chier les autres, Rival Sons a donné un concert énorme et pourtant à certains moments, j’ai eu du mal à être complètement dans le concert (et je ne suis pas le seul) à l’instar du concert donné au Trabendo qui était plus intimiste.
Nous sommes (hélas?) en 2014 et franchement, ça devient vraiment gonflant de se coltiner des personnes qui filment avec leurs portables et leurs putain de flash de merde, le top du top revient à ceux qui se croient dans leur salon à envoyer des SMS, filmer une vidéo, aller pisser et aller chercher une bibine et te bousculer pour te dire que c’était leur place il y a un quart d’heure.
Ah oui, il y a ceux aussi qui veulent chanter en même temps que le chanteur, « Mais ferme ta putain de gueule ! Chante chez toi en écoutant l’album, dans tes chiottes ou dans ta douche mais pas en concert ou Roy Buchanan est là devant toi ! »
« Si encore tu chantais sur certains refrains comme on a fait à certains moments et c’était super bon mais non, tu chantes sur des couplets, sur des des instants magiques où ta putain de voix de merde vient tout gâcher surtout sur les morceaux plus cool (Jordan par exemple) qui justement demande un silence et un respect pour que cela soit fusionnelle avec le public.
Si Rival Sons donne dans le seventies, une infime partie du public n’est pas du tout dans ce trip
avec notamment le mec qui vient avec sa tablette filmer la presque totalité du concert ! Mais à quoi ça sert ???

Acte 1
La première partie :

Certains concerts réservent encore de bonne surprise pour découvrir des artistes, ce fût le cas ce soir au concert de ce soir avec la découverte en première partie d’un certain Jameson.
Ce bonhomme arrive seul avec sa guitare, et d’entrée, on est conquis par cette voix et cette présence, Jameson est impressionnant, un feeling et des morceaux qui donnent des frissons,
Ca sent le blues et le rock, une performance qui ne laissera pas indifférent une grande partie du public.
Son mini album de six titres sera bientôt en chronique sur le site.

Acte 2
Rival Sons :
Le groupe arrive sur scène avec le même look que sur la pochette du dernier album et démarre sur un « All over road », ça y est, on est parti pour un grand moment de Rock’n’roll, on sent d’entrée que le batteur Mike Miley est en grande forme, Scott Holiday à une vraie classe et est un guitariste hors norme !
Le nouveau bassiste Dave Beste va assurer la rythmique mais il n’est pas aussi démonstratif que Robin Everheart, et Todd Ögren-Brooks s’installe à son clavier avec sa barbe à la ZZ Top.
Quant à Jay Buchanan c’est une vraie bête de scène qui délivre une vraie performance, incroyable !

Le groupe enchaîne « Young love », puis « Pressure and time », puis « Electric man », « Good luck » et « secret » issu du dernier album, c’est carré, puissant et jouissif !

Rival Sons se permet ensuite de nous balancer « Manifest Destiny part.1», un titre qui vous fait planer et qui va durer plus de dix minutes, ça part dans les tous les sens, Scott Holiday nous envoie des solos de fous alors que Mike Riley n’arrête pas une seconde sur ses fûts, ce mec s’éclate complètement !

Après ce voyage inter-galactique, on repart avec « Play the fool » issu du dernier album, génial morceau qui va remettre le feu au public qui ne va pas arrêter de chanter le refrain même après la fin du morceau, et cela va durer plusieurs minutes, le groupe est agréablement surpris et c’est un beau moment de partage entre le groupe et le public !

Le groupe nous propose « Good Things » , morceau assez inspiré « The Doors », c’est juste magnifique, cette guitare de Scott Holiday et ce refrain, appuyé par l’orgue hammond, c’est vraiment très très bon !

Rival Sons continue de plus belle avec « Torture », ça tape dans les mains, le public est chaud et le groupe explose complètement sur scène !

On redescend avec le fantastique « Jordan » ballade magique. Jay Buchanan impressionne toujours vocalement, Puis ça repart avec « Tell me something » et « Get what’s coming » deux titres explosifs !

Le groupe termine le concert par le sublime « On my way » issu du premier album, superbe choix !

Un concert fou mais ce n’est pas fini car les lumières restent allumées et le public veut que le show continue et Rival Sons sont rapidement de retour.
Rival Son, ne va pas nous décevoir car c’est plus qu’un simple rappel qu’ils vont nous proposer en nous balançant 4 titres de folie avec Mike Riley qui va partir en délire et nous offrir un mini solo de batterie.
Nous avons droit à « Open my eyes » qui trouve encore plus de grandeur sur scène, superbe !
Ca continue avec l’incontournable « Wild animal », où l’on tape des mains et on chante en choeurs avec les musiciens.
J’adore Rival Sons pour se permettre de nous balancer le magnifique « Face of light », titre envoûtant et planant qui va s’enchaîner avec la ballade « Sacred tongue ».

Puis le groupe entame les premières notes du dernier titre qui sera le génial « Keep on swinging », le public est définitivement conquis et le groupe délivre ses dernières forces dans ce morceau (déjà) d’anthologie.

Avec près de deux heures de rock’n’roll, Rival Sons nous a offert un concert grandiose et d’une grande intensité !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s