HALESTORM / INTO THE WILD LIFE (2015)

Si certains considéraient Halestorm comme seulement un groupe de rock/ hard / pop pour les teenagers, pour ceux qui les avaient vu en concert, le groupe remettait les choses en place et prouvait qu’il était un vrai groupe de hard rock, avec une puissance de feu incroyable et emmené par Lzzy Hale qui se révélait être une véritable bête de scène !

Même si « The strange case of… » leur deuxième opus comportait quelques titres qui pouvaient être diffusés en radio, Halestorm arrivait à faire un mixe parfait entre rock moderne et hard des années 80, la combinaison se révélait étincelante.

il suffit d’ailleurs d’écouter leurs reprises de Skid Row, de Dio ou encore Judas Priest qu’ils reprennent avec grand talent sur scène et qui montre leurs influences.

Ce troisième album intitulé « Into the wild life » se devait être celui de la consécration, surtout que le groupe nous avait offert lors de leur dernier concert en mars 2014 au Bataclan, quatre nouveaux titres qui étaient tout simplement excellents.

Le premier titre « Scream » qui s’avère être une sorte d’hymne, on pense tout de suite au live où l’on entend déjà le public chanter en choeur le refrain. En revanche, le son du clavier au style électro se veut aussi étrange qu’inattendu.

« I’m the fire » est un titre pop/hard, les effets de clavier gênent encore, heureusement la voix de Lzzy est toujours aussi impressionnante.

« Sick individual » le groupe surprend encore avec cette mélodie pop et ce chant qui suit cette rythmique syncopé avec des breaks plus heavy, mais le groupe a choisi de se démarquer de ses deux premiers albums.

« Amen » Pour l’avoir entendu la première fois en live, je peux vous dire que ce titre est très bon dans le pur style du groupe, mais cette version studio est une grosse déception car cette production ne colle pas au groupe avec ce mixage qui donne l’impression de tout compresser.

On prend conscience avec ce titre qu’il y a quelque chose qui ne fonctionnera pas avec cet album.

Continuons avec « Dear Daughter » qui est une ballade.
Pourquoi avoir choisi de rajouter des effets, des claviers et des choeurs sirupeux ?
Un piano /voix aurait été beaucoup plus judicieux car le résultat est mauvais avec en plus un final à la guitare acoustique et son solo pas vraiment réussie, on se croirait dans un mauvais album de pop/electro.

« New modern love » est un morceau mid-tempo avec un son pop et un refrain pas vraiment accrocheur.

Mais que s’est-il passé pour cet enregistrement ?

Car si on prend « Mayhem » c’était le premier titre que le groupe nous avait interprété au Trabendo en octobre et c’est est une vraie bombe !

Enfin on retrouve le vrai Halestorm !

Mais avec « Bad girl’s world », même si la voix de Lzzy est parfaite, on n’a pas le moindre frisson, la mélodie est sympa mais sans plus.

Tout comme « Gonna get mine » qui reprend un peu les ficelles d’un titre du précédent album avec ces « nana na » mais il y a toujours cette production guimauve qui n’arrange rien.

Une autre question : où sont les musiciens de halestorm ?

La batterie de Arejay se voit disparaître dans les méandres d’un mixage qui écrase tout, les solos de guitares sont également effacés et la force du quatuor est diminué au maximum, ce Jay Joyce a complètement flingué ce 3ème album du groupe…

Ca repart avec« The reckoning » qui est une ballade hard fm, bien interprétée mais sans magie.

Alors que « Apocalyptic » s’avère être un des meilleurs titres de l’album, on retrouve la force du groupe mais hélas « what sober… » nous replonge dans une mélodie sans accroche, une ballade bateau avec un son d’orgue Hammond que l’on croirait sorti d’un jouet d’un enfant !

« I like it heavy » présenté en live lors du concert au Bataclan fait encore partie des meilleurs titres de l’album, un morceau rock’n’roll qui est vraiment fun en concert mais cette version fait pitié !

Les morceaux bonus ne présentent aucun intérêt avec « Jump the gun » où l’on croirait entendre un groupe pop voulant sonner hard rock, ça ne fonctionne pas !

Et « Unapologetic » dernier titre « très » dispensable, avec une mélodie qui ressemble à un autre titre du groupe, un morceau pop mignon tout plein…

Pour conclure, ce 3ème album est une énorme déception et il faut l’oublier bien vite, les compositions à part les 5 titres que nous avons cités ne sont pas à la hauteur et 5 titres sur 15, ça ne fait pas beaucoup !

Il faut reconnaître que Halestorm n’a pas su écrire des morceaux étant de véritables puissances métalliques de même que les morceaux plus pop ne percutent pas.

Il faut surtout s’éloigner de ce producteur Jay Joyce qui pourrait faire sonner Motorhead comme du Beyoncé si on le laissait les produire.

Cette production a tout compressée, tout écrasée, les instruments ne respirent pas et on ne reconnaît plus le groupe car ce mec a réussi à effacé toute la puissance de Halestorm pour la remplacer par un son pop et aseptisé.

« Into the wild life » est très loin d’être sauvage, l’album aurait du s’appeler « Rose Bonbon » ou « Pop in my life »…

un véritable gâchis !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s