Lover Under Cover / Into the night (2014)

2ème album de ce groupe emmené par le talentueux Michael Erlandsson (Last Autumn’s Dream)

« A fight » le premier titre démarre l’album d’une bien belle manière, un morceau bien pêchu, un hard fm musclé de classe A, une suite logique au premier opus.

« Into the shadows » continue dans la même lignée avec une rythmique qui bastonne et des riffs assez heavy, le groupe pose une excellente mélodie et un refrain entrainant.

« Miracle » qui démarre sur les chapeaux de roues avec une basse/batterie/voix puis les guitares viennent s’imposer pour le refrain. Un morceau assez classique certes, mais c’est toujours costaud et le solo de guitare est travaillé et réussi.

On continue avec une reprise des années 80 « Toy soldiers » (morceau qui pourrait être un clin d’oeil à l’autre groupe de Erlandsson) chanté à l’époque par Martika. Une semi-ballade qui a son charme, la voix de Erlandsson faisant la différence et avec heureusement une rythmique toujours aussi solide.

« Crushing stones » repart sur un rythme plus speed, toujours cette énergie mélangé à une bonne mélodie , à écouter très fort sur sa chaine Hi-fi !

« Life is easy » est un bon morceau de hard fm, il manque cependant un petit quelque chose, même si le morceau monte creshendo au fil des écoutes et dommage que le solo soit trop court.

« Playboy N°7» est dans le style de Last Autumn’s dream, s’accompagne d’une excellente mélodie et d’un bon break , un très bon morceau.

« The game is on » continue dans le même style et débute par un bon riff bien hard et le morceau tient la route, même si il me manque peut-être un break qui lui aurait vraiment donné une dimension supplémentaire.

« Fantasy man » morceau mi-tempo, parfait dans le genre avec un très bon refrain mélodique.

« Closer to the truth » 3ème titre co-écrit par David Reece et sans aucun doute le meilleur des trois, un bon morceau qui me fait penser à un titre de Last autumn’s dream, une bonne mélodie et toujours cette rythmique qui fait bloc.

« No place like home » pour les européens termine l’album, un morceau mélodique d’une grande classe où la voix éraillée de Mikael fait toujours des merveilles et nous délivre ces mêmes frissons. Un des meilleurs titres de l’album.

« The chosen one » le bonus track de l’import japon est un morceau bien speed, un hard mélodique avec un superbe refrain bien entraïnant, le bonus track vaut donc bien le détour.

Un deuxième album réussi qui plaira aux fans de hard rock mélodique bien pêchu, qui sans être l’album du siècle vous fera passer un excellent moment.
Michael Erlandsson continue au gré de ses multiples projets à nous proposer des albums de grande qualité.

Lover Under Cover :

Mikael Erlandson : Lead vocal and Keyboards
Martin Kronlund : Guitars and vocals
Mikael Carlsson : Bass, Keyboards and acoustic guitar
Perra Johansson : Drums
Impre Daun : Drums (tracks 9 and 10)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s