BRIDGE TO MARS / ST (2016)

Bridge to mars est un groupe suédois, il est composé d’un trio où l’on retrouve J. Marsh aux guitares et au chant, Robert Hansen à la basse et Thomas Broman à la batterie. Ces musiciens ont tous joués dans divers groupes et leurs CVs sont assez conséquent.

Dès le premier titre « The day that never came », on tombe sous le charme, une mélodie subtile pour le début du morceau puis le trio s’emballe avec une rythmique implacable et un solo qui nous fait penser à Brian May.
« Mirror Magic spirits » va encore nous étonner avec ce mélange de power pop et de hard blues bien trempé dans le style des grands standards des seventies.

Les musiciens maîtrisent parfaitement leurs instruments et J. Marsh chanteur/guitariste virtuose nous rappelle un certain Richie Kotzen.

Avec le troisième titre ‘SuperFi Yourself’ le groupe part dans un style bien heavy qui nous rapproche de Black Country Communion puis avec « In a white light » on songe à Westworld avec ses riffs profonds et cette ligne de chant qui parfois se rapproche de Tony Harnell. Car tout comme le groupe du regretté Mark Reale, il y a une réelle influence seventies mélangé à ce hard teinté de modernité. Et le solo est encore une fois de toute beauté.

« Soul Shine » nous ramène au riff d’antan puissant et inspiré par Pat Travers ou plus encore Jimi Hendrix avec cette rythmique solide et percutante survolé par la prestation de J. Marsh; The Winery Dogs ne renierait pas ce morceau, c’est d’un très haut niveau !

« Amaze my mind » repart sur des bases plus mélodiques et c’est tout aussi bon, un morceau plutôt planant toujours soutenu par une rythmique sans faille.

« Jupiters Dream » est un titre bien rentre-dedans avec une rythmique avec de nombreux « breaks », la voix toujours un peu « spatiale » de J.Marsh vous envoûte, avec un final qui envoie du bois. Puissant !

« Rivers of dissillusion » la guitare fuse comme un orgue hammond (puisque le groupe écrit clairement sur le livret qu’aucun clavier n’est utilisé) et cela donne un son étrange et le morceau est bien délirant !

L’album se termine par une sublime ballade bluesy « All this time », on imagine un duo avec Tony Harnell, ça le ferait carrément ! Quelle claque !!

On pourra citer comme influences ou comme groupes qui se rapprochent musicalement : Glenn Hughes, Pat Travers, Black Country Communion, Westworld, Winery Dogs etc..

Au-delà du fait qu’il soit un vrai coup de coeur, cet album est magnifique et mérite de connaître le succès. Que vous soyez fans de hard rock mélodique ou de tendance bluesy, vous allez obligatoirement tomber tout comme moi sous le charme !

A ne pas rater sous aucun prétexte musical !!!

9/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s