Robert Pehrsson Humbucker / Long way to the light (2016)

Deuxième album pour Robert Pehrsson Humbucker que j’attendais avec impatience car le premier sorti en 2013 m’avait bien emballé ! (voir sur le site)
Vais-je me répéter par rapport à la chronique du premier album ?
Je réponds oui !

En effet, l’album est du même acabit, les fans d’Hellacopters et d’Imperial State Electric vont adorer !

Avec toujours cette touche plus « Thin Lizienne » que « Kissienne », on retrouve le même genre de morceaux qui vous font accélérer le rythme cardiaque !

On retrouve bien entendu son pote Nike Andersson que l’on retrouve à la basse et aux percussions suivant les différents morceaux et il s’est également occupé du mixage.

La personne qui me dira que la musique de Robert ne ressemble pas à Impérial State Electric n’a à mon avis aucune oreille, on retrouve les mêmes mélodies, les mêmes solos, la même façon de jouer de la batterie, le même son, le même écho, les mêmes choeurs et alors ?

Pour ma part, j’adore ce genre de titres avec ce plein de mélodies et d’énergie, l’album est encore une fois une sacré réussite,l’album étant 100% rock’n’roll et les 9 titres s’enchaînent sans temps morts mais comme pour le premier album, j’aurai tendance à dire que cela fait un peu juste, même si je préfère qu’il n’y ait aucun remplissage, Monsieur Robert, la prochaine fois, vous pourriez pas le faire un peu plus long ?

Mon morceau préféré : « The hollow in a rising tone »

7/10

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s