INGLORIOUS / ST (2016)

Si le label Frontiers propose pas mal de groupes à la sauce Fm, le label italien nous réserve parfois quelques surprises en nous présentant des groupes au profil plus musclé et dans un registre plus hard et c’est le cas avec Inglorious, un jeune combo anglais qui nous sort leur premier opus.

L’album s’ouvre avec « Until I die », un morceau puissant qui puise ses influences dans le hard rock seventies, on pense inévitablement à Deep Purple mais également dans un registre plus actuel à Richie Kotzen car le chanteur Nathan James à quelques similitudes vocales surtout lorsqu’il chahute ses cordes vocales en les mettant à rudes épreuves !

Suit « High flying gypsy », où les riffs lorgnent vers Led Zeppelin, la voix de Nathan James avec ce coffre puissant se rapproche au style de voix de Jorn, les musiciens bastonnent leurs instruments avec puissance et cohésion, le morceau est encore bien lourd à souhait.

Puis on continue avec « Holy water » un morceau aux sonorités plus blues, on pense au meilleur dans le style, de Whitesnake à The Union.

Le groupe démontre qu’il peut-être aussi à l’aise dans les morceaux speed que sur les mi-tempo comme sur « Warning », où cette fois-ci, c’est l’ombre vocale de Ian Gillan qui plane, décidément Nathan James n’a pas fini de nous surprendre avec de nouveau le superbe « Bleed for you » qui avec ses cassures de rythmes assure au plus haut point.

Et on peut continuer sur l’ensemble de l’album avec par exemple « You’re mine » où l’on rejoint (encore) le style bluesy de The Union (avec un superbe échange entre le batteur et les gratteux) à la très jolie ballade accoustique « Wake ».

Malgré des influences évidentes (et assumées), Inglorious nous propose un album d’une grande qualité musicale car d’une part les mecs sont d’excellents musicos et ensuite leurs compositions sont toutes d’un très bon niveau et elles sont loin de faire office de pâle copie !

Ce premier album transpire de sincérité et le groupe peut être fière de son travail jusqu’au bout, avec notamment le dernier morceau « Unaware », un titre pêchu qui garde toujours sa ligne mélodique sur le pré-chorus, quel final !!

Sans hésitation, ce premier album fera le bonheur de tous les fans de hard rock classique !!

8/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s