FAS IV / CATATONIA (2017)

Le 1er album de ce trio de San Francisco nous avait agréablement surpris par ses morceaux éclectiques et son sens de la mélodie et j’étais impatient de découvrir ce nouvel opus.
Si comme moi, vous aviez tendu l’oreille sur le net pour écouter un des nouveaux morceaux, ce n’était pas vraiment la bonne chose à faire car à moins d’avoir une bon matos, vous pouviez être déçu.
Ce n’est que lorsque j’ai déposé le cd dans ma platine que le premier titre éponyme « Catanonia » (après la courte introduction « Broken mirror) a pris toute sa grandeur. Si il nous plonge une nouvelle fois au coeur des seventies,le groupe garde toujours cette touche moderne, un mélange parfois déconcertant mais qui au fil des écoutes s’imprègne parfaitement dans votre cerveau.

le morceau suivant « Chelsea » à quelques réminiscences à « The Doors » ou encore à Led Zep avec des parties guitares aux essences orientales.
Avec « Mr Bloom » (un titre au message subliminal ?) et « Deep inebriation » il y a une fluidité et une recherche musicale, un son, des mélodies, une identité qui me fait penser directement à Blue Oyster Cult (et ça ne sera pas l’unique fois).

On retrouve un mélange de power pop et de rock’n’roll avec une touche de Led Zeppelin sur l’énergisant « Escargot », la musique de Fas IV est toujours aussi ouverte et on ne sait pas ce que donnera le prochain morceau…
Et justement le groupe choisit ce moment pour nous balancer un blues absolument délicieux et planant où la voix de Frank Abreau Salazar vous prend aux tripes.

Sans parler de tous les titres, on pourra nommer l’excellent morceau à tendance pop « Social mediocre » ou encore « different personnality » où les spécialistes pourront faire le lien avec certains groupes pop comme Oasis ou Muse ou peut-être encore U2.

Citons encore « Bad taste » un morceau bien psyché où se mélange les Doors et les Fuzztones et ça fonctionne à 100%, seul le dernier titre me laissera un peu sur ma faim, je m’attendais à un morceau délirant et ce « Liar » morceau pop rock reste un peu léger pour conclure.

Mais ne faisons pas la fine bouche, comme je l’avais écris précédemment, Fas IV réussit parfaitement à mélanger toutes sortes de styles et la finition est toujours cohérente et sur les 11 titres, souvent la magie opère !
Ce deuxième album est à mon avis encore plus riche et intéressant que le premier opus, à écouter et à réécouter d’urgence !

7/10

Fas IV est :
Frank Abreau Salazar : Chant, guitares
Miles Delaco, basse
Tim Aristil : Batterie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s