Dirty Sweet ‎– Once More Unto The Breach (2017)

Après un premier et superbe album intitulé « Of Monarchs And Beggars » sorti en 2007 avec une orientation musicale plutôt rock hard sudiste, le groupe avait récidivé deux ans plus tard avec « American Spiritual » un album tout aussi réussi mais où le groupe mélangeait les genres Indie Rock, garage et hard seventies.
Dans un grand étonnement, Dirty Sweet revient 8 ans plus tard avec un troisième album  » Once More Unto The Breach » et une chance de pouvoir posséder l’album physique puisqu’il est disponible en digipack.
J’ai toujours eu un coup de coeur pour ce groupe sans doute lié par le chant de Ryan Koontz mais aussi par l’éclectisme que propose le groupe dans sa musique.
Certes, pour ceux qui écouteraient juste « For all time » qui ouvre l’album, ils pourraient être tentés de penser à une simple copie de Rival Sons reprenant les mêmes ficelles des années 70’s.
Mais justement Dirty Sweet depuis leur premier album nous propose des compositions de qualité en explorant des styles différents tout en gardant son identité et ce « For all time » est exactement le genre de morceau que j’attendais pour ouvrir ce troisième opus.
La sauce prend de suite et ce n’est que le début car si « Cellar » prend des allures de Black Sabbath avec ce hard bien gras, la surprise n’est pas encore terminée car avec « Desert flower » on plonge dans le trip power flower.
Les titres s’enchaînent et alternent entre ballades folk et morceaux plus rock, avec par moment une pensée au « Dogs of two heads » de Status Quo avec des guitares qui fusent et un harmonica déchaîné ou encore une pensée à The Doors sur « Father mercy » ou sur le psyché et explosif « in the garden », puis un mélange de rock et de reggae psyché avec « Nightmare town » et surtout comment résister avec un blues de la trempe de « Battered love » ?

Les fans de rock seventies avec une ouverture musicale assez large apprécieront grandement ce nouvel album, les neufs titres sont vraiment excellents et le seul bémol que l’on pourra leur reprocher, c’est la durée de l’album car 32 minutes, c’est vraiment très très court.
Mais ne faisons pas la fine bouche, leur retour me ravit et huit ans après, je prend un énorme plaisir à l’écoute de ce nouvel album, merci Dirty Sweet !

7,5/10

L’album est dispo ici en numérique :
https://dirtysweet.bandcamp.com/releases
ici en digipack (site sérieux et sécurisé, j’ai reçu le digipack en 3 jours)
http://www.sonicrendezvous.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s