MASS / WHEN 2 WORLDS COLLIDE (2018)

Quel joie de retrouver dans les bacs un nouvel album du groupe américain Mass !

Car ce groupe américain originaire de Boston n’a vraiment pas eu de chance sur le déroulement de sa carrière, allez hop, petit retour en arrière :
Mass se forme au tout début des années quatre-vingt et en 1984, sort son 1er EP éponyme qui est enregistré à The Record Plant à New York et est produit par Jon Mathias.
Très vite, le vinyl se vend à 10 000 exemplaires dans la seule région de Boston, certaines maisons de disques sont alors intéressés et le groupe signe un contrat avec A&M pour un premier album et c’est Tom Allom (Judas Priest, Kix) qui se chargera de la production.
Et si on peut dire maintenant que l’album est une vraie bombe de Heavy métal /Hard Us et qu’il aurait fait un malheur chez les fans de ce style, à l’époque, en raison de problèmes contractuels, ce premier opus ne sortira pas (il sortira sous une version non officielle en 2011…).

Le groupe ne se démonte pas et signe cette fois-ci chez le label Rca et sort donc son premier album officiel « New Birth » en 85.
Malgré des compositions de haute qualité, l’album n’est pas soutenu par leur nouvelle maison de disques et leur contrat s’arrête net.

Il va falloir attendre 1988 pour que Mass enregistre de nouveau un EP de 6 titres « Take you home » dont deux titres sont issus du premier EP.

Enigma Records décide alors de reprendre son contrat et enregistre « Voices in the Night » qui sortira en 1989 sous la houlette de Michael Sweet, certaines compositions sentant bon le Stryper, Mass apparaît alors comme un groupe de heavy métal chrétien alors qu’il ne fait pas partie de cette mouvance. L’album est vraiment excellent mais décidément le malheur s’acharne sur le groupe car le label Enigma ferme ses portes peu de temps après et le groupe disparaît, ce qui est de toute façon le cas avec de la plupart des groupes de métal Us car le Grunge arrive à grands pas.

Si un « Best of » voit le jour en 1999, Mass réapparait de façon concrète en 2007 grâce au label Frontiers avec un nouvel album qui s’intitule « Crack of Dawn » et le groupe montre qu’il n’a rien perdu de sa fougue et de ses qualités.
Le groupe continue de faire plaisir aux fans du monde entier en sortant « Sea of Black » en 2010 sorti cette fois-ci sur la label « Escape Music.
En 2011, sort donc le premier album du groupe sous l’obscur label Retroactive Records (certaines informations circulent en disant qu’il aurait été enregistré en 1982, ce qui serait antérieure au premier Ep, vu le son de l’album, peut-être s’agit-il des démos de l’album ? (Car je ne penses pas que ce soit l’oeuvre de Tom Allom).
En 2016, le groupe sort un Ep 4 titres spécial Noël et enfin, le groupe nous annonce qu’il rentre de nouveau en studio pour enregistrer un nouvel album et qu’il sortira en 2018 toujours sous le label Escape Music !

Et voilà ce nouveau petit bijou qui se nomme : « When 2 worlds collide »
Le morceau « Just can’t deny » ouvre le bal d’une façon magistrale, un morceau pêchu et mélodique comme à la grande époque avec ce plaisir d’entendre de nouveau la voix si spéciale de Louis St August, ça nous file les frissons !
« Only a dream » est également excellent, qu’est-ce que j’aime le hard Fm quand il est joué de cette manière ! C’est costaud et mélodieux, on navigue un peu du côté de Firehouse.
« Falling in love » morceau mi-tempo et « Alive » qui sans être transcendants tiennent bien le cap, on pense à Seventh Key et autres cadors du genre, il y a une qualité musicale irréprochable, les mecs jouent au diapason !

Le groupe en profite pour nous proposer la ballade « Second hand rose » qui est superbe, un morceau aux essences 70’s avec une grosse pensée à Angel (Louis St August a des intonations à Frank Dimino).
Après la ballade, « Turn it over » remet un coup d’accélérateur, le groupe monte crescendo car avec « Revenge for the maiden », on replonge dans les morceaux speed typiques des années 80’s et prouve que Mass a toujours une puissance de feu !

On continue avec « Some time ago » titre solide gardant ce même niveau de solidité avec une ligne de chant originale et un refrain pêchu, rien à dire sur les claviers qui donnent un côté progressif et les solos de guitare explosifs et percutants !
« Stand alone » superbe ballade musclée, avec encore une pensée au chanteur d’Angel (c’est bon je ne le dirais plus) avec en prime un solo signé Michael Sweet, la cerise sur le gâteau !!

« Time marches on » dixième et avant dernier titre qui navigue entre hard rock bien lourd et pomp rock, on pense également à Deep Purple mais le seul petit problème est l’idée de ce « scratch » qui gâche un peu le morceau (mais ce sera le seul petit faux pas de l’album).
« When 2 worlds collide » le titre éponyme clôture l’album d’une très belle façon avec encore un petit côté progressif qui nous fera penser très légèrement à Rush (les puristes ne m’en voudront pas).

Si le groupe ne nous propose plus de morceaux très heavy comme à ses débuts, il propose toujours un hard rock carré, mélodique et éclectique avec des compositions solides gardant une certaine originalité avec la voix de Louis St August.

Les vieux briscards n’ont pas dit leur dernier mot et Mass revient donc en force en 2018 avec un superbe album et ça fait vraiment plaisir !!

8/10

Mass est :
Gene Ditria guitares
Joey Vee Vadala batterie , percussion
Louis St August chant
Michael Palumbo basse, chant

Jeremy Heussi claviers
Michael Sweet lead Solo guitare sur « Stand alone »
Brian J. Anthony Mandolin, acoustique guitares & claviers sur « second hand rose »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s