SPIDERS / KILLER MACHINE (2018)

4 ans après l’excellent Shake Electric, Spiders revient enfin avec un nouvel album qui s’intitule « Killer machine », le look est inspiré Glam rock seventies sur la pochette et nous avons hâte de découvrir l’intérieur de ce nouvel opus (ou octopus) mais notre araignée préférée aura t’elle écrit et pris le temps de nous pondre des morceaux vraiment venimeux ?

La réponse s’annonce immédiate avec « Shock and awe » un titre où nos zygomatiques font la fête, un morceau pêchu entre glam et NWOHM où l’on pense au Girlschool des grands jours !
« Dead or alive » prend le relais, un morceau aux essences sixties qui sent bon le glam psyché, une sorte de mélange détonnant entre Shocking Blue et The Runaways, le refrain et le riff sont excellentissimes, « la classe » comme dirait Gainsbarre !

« Burning for you » continue sur le même rythme, un morceau rock, entraînant à souhait où l’on pourrait voir surgir à tout moment Nicke Andersson, le refrain nous rappelle également l’éternel Hanoi Rocks !

« Killer machine » putain, c’est trop bon, j’adore, ce morceau au trip psyché à est à tomber, le groupe a trouvé la formule magique, les musiciens sont en totale harmonie.

« Like a wild child », morceau glam/pop bien délirant, le son vintage donne le maximum, les breaks, les solos, la rythmique, tout est top, on plonge totalement dans leur univers avec l’envoûtante voix grave de Ann Sofie Hayles !

« Higher spirits » nous renvoie aux années 60 et débuts seventies, on sent un petit hommage à Abba, sans doute le morceau le moins intéressant de l’album.

« Swan song » heureusement repart sur les chapeaux de roues avec ce morceau bien speed avec une rythmique qui nous rappelle la bande à Lemmy (pour ne pas dire celle à Kelly), ça bastonne sévère et c’est très efficace !!

« So easy » continue sur le même rythme, les guitares se montrent bien agressives, le refrain est bien psyché et c’est explosif !

« Don’t need you » calme le jeu mais de bien belle manière, une ballade bluesy /psyché du meilleur effet.

« Take what you want » titre génial avec des variations de rythmes entre le couplet et le refrain.

« Heartbreak » le dernier titre est bien à l’image de cet album, c’est à dire un hard rock frais et inspiré en grande partie des seventies, mais navigant aussi entre glam rock, punk rock, psyché et power pop.

Voilà un groupe qui a su tisser sans peur toutes ses influences et mélanger plusieurs couleurs musicales, ce qui donne au final un album d’un éclectisme flamboyant !

8,5/10

Spiders est :
Ann-Sofie HOYLES : chant/harmonica
John HOYLES ; guitares
Matteo GAMBACORTA : basse
Richard HARRYSON : batterie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s