HOLTER / VLAD THE IMPALER (2018)

Retour de Trond Holter, l’ex-guitariste de Wig Wam pour un nouvel album qui fait suite à son projet « Dracula swing of death » sorti en 2015.
Cet album était une collaboration avec Jorn Lande et qui s’était avéré être une réussite totale, devenant au final un opéra rock qui a eu beaucoup de succès et qui s’est vu se transformer en comédie musicale dans les théâtres norvégiens.

Trond Holter devenu compositeur, auteur et producteur a naturellement continué dans ce sens pour écrire de nouvelles compositions mais aussi finaliser certains morceaux qui n’avaient pas trouvé de place sur le premier opus pour nous offrir un deuxième album intitulé « Vlad the impaler ».
Vlad l’empaleur, le personnage historique de son vrai nom Le voïvode Vlad III Basarab (1431-1476) le personnage historique qui sous la plume de Bram Stoker deviendra le comte Dracula.

Jorn Lande ne faisant plus partie de projet, c’est le chanteur Nils K rue (Pagan’s mind) qui prend le relais et c’est la même chose pour la chanteuse Lena Fløitmoen qui est remplacée par Eva Iselin Erichsen.

Musicalement, on retrouve la même trame que sur l’album précédent avec des variations entre différents styles (hard moderne, heavy métal) mais toujours réalisé avec une bonne dose de mélodie, certains titres comme « The last generation » ou encore le refrain sur « drums of doom » nous rappellent fortement Wig Wam !

On peut souligner que la tonalité de l’album sonne un peu plus métallique que l’album précédent.

Si le travail de la part de Trond Holter et de tous les musiciens qui sont associés à ce projet est une nouvelle performance, et que Trond Holter nous gratifie encore une fois de solos assez exceptionnels, la surprise du concept est passée et les compositions sont loin d’égaler le premier opus, où l’on reste sur un sentiment de déjà entendu sur pas mal de titres.
Même si la voix de Nils K rue est puissante et convient parfaitement pour le rôle attribué (son physique également), elle est nettement moins nuancée que celle du grand Jorn et je dirais la même chose pour la chanteuse Eva Iselin Erichsen.
En revanche pour un opéra rock, les morceaux prendront une dimension supplémentaires en étant interprétés sur scène avec une chorégraphie et un décor représentant les scènes de batailles de ce cher empaleur au coeur si tendre…

A vous de juger…

6/10

HOLDER est :

Nils K Rue (Pagan’s Mind) et Eva Iselin Erichsen : chant
Bernt Jansen (Baby Snakes, Wig Wam, ex-Jorn) : basse
Per Morten Bergseth: batterie
Erling Henanger : claviers

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s