Sparta / Use Your Weapons Well (2011)

Sparta est formé en 1979 par le guitariste Tony Foster, le line-up était complété par Tony Warren à la basse, et les frères Karl Reders au chant, Steve « Snake » Reders à la guitare et Paul « Radge » Reders à la batterie.
Basé à Mansfield (ville située dans Nottinghamshire), ils jouent assez souvent dans les pubs nombreux à cette époque qui accueillent les groupes locaux et en 1979 ils enregistrent leur 1ère démo de 2 titres « Rock don’t roll et « Boy King »
Musicalement c’est plutôt brut de coffre et on pense très fort à l’album « On parole » de Motörhead et niveau composition, c’est Tony Foster qui se charge d’écrire tous les morceaux.

La prochaine étape est donc d’enregistrer un album, le groupe réalise donc son premier 45t en le finançant lui-même pour le sortir à 1000 exemplaires et les deux titres choisis sont « Fast Lane » qui musicalement continue dans le même style, un hard rock avec un côté sauvage et punk (sans le côté super speed) avec des solos de Tony Foster délirants et inspirés et « Fighting To Be Free » qui avec son introduction à deux guitares façon Thin Lizzy ramène le groupe vers un style d’autres groupes de l’époque, niveau voix le chanteur Karl Reders est assez proche (sur ce titre) du chanteur de Marseille Paul Dale.

le groupe va recevoir des critiques positives et va ouvrir notamment pour Diamond Head, Praying Mantis ou encore Budgie.
L’année suivante, Sparta sort son deuxième single « Tonight » et « Angel of death » toujours pressé à 1000 exemplaires et si Angel of death me fait penser à Witchfinder General (c’est les deux titres que j’ai écouté à l’époque), « Tonight » plus speed est un rock’n’roll musclé se rapprocherait du style de « Wild Cat » des Tygers of pan tang.
Le groupe apparaît dans Kerrang et est invité à enregistrer un morceau sur la compilation « Scenes of the crime » avec notamment Savage ou encore Tyrant.
C’est le morceau « Lords of time » qui est choisi et encore une fois, au début du morceau, on pense fortement au morceau « Lost Johnny » de Motörhead et puis à Witchfinder General et ensuite le morceau prend son envol avec notamment encore une fois un énorme travail des guitares , ce sera le dernier titre enregistré par le chanteur Karl Reders.

Nous sommes en 1982 et le groupe se sépare donc de son chanteur pour recruter Trev Morgan et enregistre 6 titres pour une session d’une radio (Radio Hallam). Le premier titre « Rock for you » est bien pêchu et le chanteur a une voix beaucoup plus rocailleuse et plus puissante que Karl Reders et qui a parfois quelques intonations à Noddy Holder (Slade). Musicalement on pense à Vardis (100 M.P.H.) pour le côté sauvage et brut.
Mais malgré la qualité de ce dernier, il quitte le groupe et est remplacé par Mark Henshaw mais entre-temps le fondateur et compositeur du groupe, Tony Foster jette l’éponge. Sparta se retrouve donc avec Steve Reders seul à la guitare et décide d’enregistrer un nouveau titre en 1984 « Crossfire » (qui a été composé par Foster en 1983), sans changer d’un pouce, c’est un titre bien speed que le groupe joue avec toujours autant de convictions.

Mais décidément le groupe n’arrive pas à garder leur chanteur et le groupe continue finalement sa route en trio avec Steve Reders qui devient le leader du groupe en devenant le chanteur et le lead guitar accompagné toujours de Tony Warren à la basse et de Paul Reders à la batterie.
Nous sommes en 1987 et le groupe enregistre une démo de 4 titres.
Première constatation Steven Reders s’en sort plutôt bien vocalement (même si j’ai une préférence pour Karl Reders) et « In league » est un titre rapide et pêchu, les compositions sont composés dorénavant par les membres du groupe sauf « Welcome to my nightmare qui a été écrit par Tony Foster en 1983.
Et si ce « Welcome to my nightmare » le 2ème titre vous fera penser sur l’introduction à « Run to the hills » de Iron Maiden, le groupe s’en démarque rapidement et ce morceau ainsi que le suivant « Legends » nous ramèneront encore une fois sur les traces du « Wild cat » des Tygers !
Une chose est sûr c’est que Steve Reders peut être seul aux commandes en nous envoyant de sacrés solos, et le morceau « D’Bill » enregistré en 1987 en live nous le prouve définitivement.

En 1989 le bassiste Tony Warren quitte le groupe et est remplacé par le chanteur d’origine Karl Rederg qui en profite pour reprendre son instrument d’origine mais aussi le chant, les trois frangins enregistrent un nouveau titre « Lord and master qui s’avère être toujours aussi bon.
Le groupe engage un nouveau guitariste Dave Drury et enregistre une nouvelle démo de 3 titres sous le nom de Richter Scale en 1990.
Si « Rich bitch » est vraiment excellent et demeure un morceau costaud, « Wild Touch » est plus mélodique et aurait pu avoir son petit succès mais le meilleur titre sans aucune hésitation « Trees and fields » qui est morceau bien speed dans la pure tradition de la nwobhm.
Et si le groupe dure depuis plus de dix ans et est resté fidèle à son style musical, pour autant, ils n’ont jamais pu sortir un vrai album et le groupe s’arrête définitivement.

Définitivement pas tout à fait, car 35 ans plus tard en 2014, Sparta sortira enfin son premier album « Welcome to hell » mais ceci vous l’aurez compris est une autre histoire…

Cette anthologie est absolument indispensable pour tous les fans de nwobhm car au-delà du statut de groupe culte, Sparta était vraiment excellent !!

8/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s