SATAN / CRUEL MAGIC (2018)

J’en parle justement avec les bonnes soeurs qui logent dans la même maison de retraite que la mienne, l’arrivée d’un nouvel album de Satan en 2018 est quand même un sacré événement !
5ème album de nos musiciens possédés qui occupe la scène Nwobhm depuis 1983 avec un petit break de 26 ans entre Suspended Sentence et Life Sentence, « Une broutille pour ceux qui ont vendu leur âme au démon » rajouta Soeur Charlotte de sa voix rauque.

Nous ne parlerons pas de toute l’histoire du groupe, il y a de beaux sites qui racontent tout ça très bien, on va juste rajouter que Brian Ross le chanteur est également le chanteur de Blitzkrieg, certains vont peut-être dire comme ce témoignage fort intéressant : « Ah oui d’accord, c’est pour ça que la voix me semblait familière la dernière fois que j’ai écouté les 2 albums et que ma mère m’a appelé pour venir manger mes coquillettes, plat que j’affectionne tout particulièrement ».

Le cd prêté par Soeur Antoinette, je ne peux m’empêcher de le mettre de suite dans mon lecteur portable et pendant que mon voisin me dépasse avec son déambulateur, le premier titre « Into the mouth of eternity » prouve que le groupe est toujours aussi efficace et ne montre aucun signe de faiblesse avec notamment la voix de Brian Ross qui n’a pas bougé d’un octave.

Franchement, c’est un vrai plaisir pour des vieux briscards comme nous d’avoir des groupes avec qui on a grandi et qui continuent de nous sortir de nouveaux albums !

« Cruel magic » le deuxième titre est un pur morceau de heavy metal avec des guitares flamboyantes, on pense à Tytan et à Tygers of pan tang car cela fait partie de notre nostalgie, Soeur Catherine sera obligé de me reprendre même si musicalement c’est un peu différent en me disant : « Et Venom mon fils, n’oubliez pas Venom… »

Je ne sais pas comment les jeunes hardos accueilleront ce nouvel album et comment ils peuvent le situer par rapport aux groupes d’aujourd’hui qui heureusement perpétue tellement bien la tradition, mais il est certain qu’avec un troisième titre comme « The doomsday clock », personne ne pourra aller à l’encontre de Soeur Madeleine qui dit : Ce morceau speed est une vraie tuerie, ça me rappelle le premier album où nous étions tous sur le cul ! ».

Avec « Legions hellbound », on rentre dans le haut de gamme, un morceau pêchu avec des guitares époustouflantes et un break superbe qui calme le jeu avant de repartir, c’est explosif !
« Et merde ! », c’est à ce moment que je me casse la gueule de mon fauteuil roulant, l’aide soignante qui vient me relever me dit qu’il faut que j’arrête de gesticuler autant, sinon elle va m’enlever mon casque : « Laisse mon casque tranquille où je vais encore pisser sur mon fauteuil, je suis un rebelle moi ! »
(Je passe le moment où elle me rappelle que j’ai une couche et que je peux me laisser aller: » y’a plus d’justice… »)

Tout en essayant de ne pas trop bouger, de toute manière, j’ai les cervicales qui sont niquées, ça continue avec « Ophidian » qui commence avec une introduction bien originale avec une ligne de chant surprenante sur une rythmique bien lourde et des guitares toujours incisives, un morceau qui pourrait faire partie des classiques du genre !

« My prophetic soul » Oh putain ! un morceau speed dans la pure tradition du groupe puissant et efficace, excellente idée que cette batterie s’opposant aux guitares et quel solo !
Ce cruel magic n’est donc pas de la poudre de perlimpinpin mais une réussite dans le genre et ce n’est pas ce « Death knell for a king » qui me dira le contraire.

Pendant que l’on me sert mon apéro (bon d’accord, c’est une grenadine), le 8ème titre « Who among us » me replonge bizarrement dans mes années 80’s, pourquoi ce morceau plus qu’un autre, je n’en sais rien, sans doute pas mal de plans de guitares qui me rappellent les différents groupes de speed que l’on découvraient à l’époque !

Je salue les soeurs pendant que je me dirige vers le réfectoire, faut pas que je loupe le repas, il ne font pas de cadeaux dans cette maison de retraite et « Ghosts of monongah » est toujours aussi bon, j’arrive à ma table où m’attend déjà ma purée et mes deux saucisses.

C’est le moment de « Mortality » un titre qui colle parfaitement à l’ambiance, surtout quand je regarde mon voisinage et plus particulièrement la personne en face qui bave plus qu’elle ne mange et qui n’est plus étanche, à quand mon tour ?
En tout cas ce « Mortality » est dans un style heavy épique et encore une fois ces guitares époustouflantes et cette basse/batterie sont intraitables pour mes acouphènes !

Un album que j’ai beaucoup apprécié, j’ai hâte d’en parler auprès des soeurs dés demain matin après la messe, on va encore bien déconner surtout si Soeur Françoise aura encore son petit pétard à nous faire partager.

En espérant une tournée dans de nombreux Ehpad, Satan est toujours présent sur la scène du métal et ça fait un bien énorme, tiens je sens quelque chose de chaud couler sur mon bas-ventre…

Satan est :
Brian Ross / Chant
Steve Ramsey / Guitare
Russ Tippins / Guitare
Graeme English / Basse
Sean Taylor / Batterie

8/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s