SALTY DOG / LOST TREASURE (2018)

Ces dernières années, on peut dire que nous sommes gâtés avec toutes les rééditions et autres albums ou démos n’ayant jamais eu la chance à l’époque de sortir des cartons ou des studios.
C’est le cas pour ce deuxième album de Salty Dog rebaptisé je présume pour la circonstance en Lost Treasure (dernier trésor).
Salty Dog qui s’est formé en 1986 et qui à l’époque sortait du lot des groupes de hard us / glam en pratiquant un mélange de sleaze et de hard des années 70’s et de blues.
Le chant criard de Jimmy Bleacher ne pouvait laisser indifférent et quelle claque lors de l’écoute de « Come Along » qui ouvrait le premier album « Every dog has its day » en 1990 !

SALTY DOG a été formé par le batteur Khuet Maier qui fut un moment dans Mickey Ratt (pré Ratt) avant de s’associé au guitariste Scott Lane pour créer le génial Max Havoc (voir review). Mais vient la séparation de Max Havoc (sniff) et il rencontre alors le bassiste Michael Hannon et décide de former un nouveau groupe, il trouve le chanteur Jimmi Bisacher et trouve le nom de Salty Dog.
Le groupe commence à composer, à tourner et entre-temps Scott Lane laisse sa place à Pete Reveen, la magie opère et en quelques mois, le groupe signe un contrat avec Geffen en ayant joué notamment au Whisky (Club légendaire).

Leur album est salué par la critique et sans arrêt en tournée, le groupe commence à prendre de l’ampleur mais contre toute attente hélas Jimmi Bleacher quitte le groupe (et on ne le reverra plus dans aucun groupe), Salty Dog ne perd pas espoir et repart à la recherche d’un nouveau chanteur.

Ce n’est qu’après avoir auditionné une énorme quantité de chanteur qu’il trouve enfin Daryl Beach qui vient du Texas et qui possède une voix puissante assez impressionnante qui correspond parfaitement au groupe et qui surtout à des similitudes vocale à Jimmi Bleacher.

Le groupe repart en studio pour un deuxième album mais tout ne fonctionne pas comme prévu et l’histoire de Salty Dog s’arrête définitivement, l’album ne sortira pas et Michael Hannon formera quelques années plus tard l’excellent groupe American Dog.

Alors effectivement est-ce que ce « Lost treasure » était un album à part entière ou est-ce qu’il s’agit de démos, rien n’est sûr mais dans l’ensemble, cela reste très homogène et le son est plus que correct.
On reste donc dans le même style musicale, un bon hard seventies bien graisseux, le premier titre « Damned if I do » est vraiment dans la mouvance de « Come along », un titre bien rentre dedans avec la guitare suivant la ligne de chant.

L’âme de Led Zeppelin plane sur cette rythmique bien lourde, ça cogne fort, « I need more » est un de ces morceaux bien trempés qui vous collent dans votre fauteuil.

Côté voix, si il y a des similitudes avec Jimmi Bleacher comme sur l’excellent « Open Sezme », j’avoue être moins fan de Darrel Beach qui donne parfois l’impression de trop forcer sur certains titres (All that glitters), mais dans l’ensemble c’est plutôt pas mal et sur « Walk softly »le mec me fait penser à deux chanteurs Joe Leste de Bang Tango et à Dave Alvin de White Trash, pas mal quand même non ?

« Woman Scorned » est un excellent morceau à la sauce blues qui plaira autant aux fans de Faster Pussycat que de Tattoo Rodeo.
« Honeysuckle Wind » est une ballade bluesy accompagné d’un banjo et on s’aperçoit que la voix de Darrell est également bien sympathique lorsqu’il ne force pas.

« Didju », le riff et la rythmique nous fait penser à un morceau de T.Rex remis au goût du hard bien lourd, c’est vraiment très bon.
« Old Fashioned Love » est un excellent morceau rock à la limite du sudiste, on pense à un mélange des Black Crowes et de The Throbs.
L’album se termine par une très bonne ballade bluesy « When Fool Rush In », la fin de l’album est vraiment terrible !

Un bien beau cadeau de la part du label Escape Music que ce « Lost treasure » qui sans être le trésor du siècle a assez de valeur pour donner du plaisir aux fans du hard des années 80’s, aux fans de hard bluesy et à ceux qui aiment tous les groupes jouant la carte du revival hard seventies comme Rival Sons ou Greta Von Fleet 😉

7/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s