BUCKCHERRY / WARPAINT (2019)

Presque 4 ans après le précédent album « Rock’n’roll’, revoilà Buckcherry qui signe donc son 8ème album studio en 20 ans d’existence.

Et s’il est vrai que »Rock’n’roll » était un bon album, il n’a pas vraiment tourné sur ma platine depuis sa sortie, et j’ai préféré réécouter les trois premiers albums du groupe en y incluant « Confessions » qui reste une de leurs meilleure réalisations.

L’album démarre avec le morceau donnant son nom à l’album, « Warpaint », un morceau de type classique pour Buckcherry, un mi-tempo avec une rythmique carrée, on tape d’entrée du pied sans pour autant sauter au plafond mais c’est un bon début pour nos sauvageons tatoués.

« Right now » se mélange à un morceau râpeux qui prêche subtilement du côté d’Aerosmith, un morceau qui dans mon cerveau ne fait pas l’unanimité mais qui plaira sans doute à un grand nombre de personnes orienté vers ce métal au son plus moderne.

Le groupe nous surprend avec la reprise de ‘Head Like A Hole’ de Nine Inch Nails, si on ne peut rien reprocher au groupe sur l’interprétation et avec une basse qui ronronne du tonnerre, j’ai un peu de mal sur cette reprise qui pour ma part ne décolle pas, ça reste linéaire et je suis déjà loin d’être fan de ce groupe, je ne ressens absolument rien, grosse déception.

« Radio song » ballade qui permet de retrouver un peu de chaleur, un morceau qui sent bon le sud, Josh Todd est toujours aussi à l’aise dans ce registre.

« The Vaccum » nous surprend avec une mélodie et une orchestration assez originale, la guitare sent le blues à plein nez et mélange les genres, on se régale.

Avec « Bent » on retrouve le côté pêchu et rock de Buckcherry, histoire de nous prouver que le groupe n’est pas encore rouillé, tout comme avec « Back down » un morceau rock’n’roll bien groovy avec ses côtés sudiste et soul mais qui garde cette touche moderne, sans aucun doute, un des meilleurs titres de l’album !

« The alarm » en revanche est un peu en dessous, il manque quelque chose à ce morceau malgré les choeurs sur le refrain, heureusement les solos sont toujours efficaces.

Heureusement « No regrets » relève le niveau, un morceau speed sympathique dans un style cowboy / punk, on se rapproche de Jason and the scorchers, excellent !

« The hunger » deuxième ballade de l’album reste dans cette mouvance sudiste et c’est toujours aussi agréable.

Les deux derniers titres sont dans le pur style de Buckcherry, « Closer » à la rythmique lourde et mi-tempo et « The devil’s in the details » titre plus heavy et costaud mais qui reste assez fade en raison d’une production un peu légère, un conseil écoutez-les en live sur l’internet, ils passeront beaucoup mieux à la prochaine écoute.

Après plusieurs écoutes, on ne peut pas dire que « Warpaint » est un mauvais album, il reste comme l’album précédent « rock’n’roll » un bon album mais même si il contient d’excellents titres, force est de constater qu’il manque de titres classieux comme le groupe savait les écrire il y a quelques années, et pour ma part la reprise de Nine Inch Nails plombe littéralement l’album.

dans quelques temps, ce « Warpaint » trouvera sa place parmi les autres albums du groupe, et soyons franc, sans doute à prendre la poussière pour un bon bout de temps car à choisir si j’ai une petite envie de Buckcherry, il ne fera sans doute pas partie de mes priorités…

7/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s