RIVAL SONS / FERAL ROOTS (2019)

Ce nouvel album des Rival Sons marque leur dix ans d’existence avec 6 albums studios au compteur et surtout des milliers de concerts à travers le monde et qui aura montré que Rival Sons est un formidable groupe de scène.

Car pour ceux qui ont déjà vu Rival Sons en concert sauront de quoi je parle lorsqu’on invoque un rock sauvage et fédérateur de la part des californiens. un quatuor toujours au diapason qui vous terrasse et vous envoûte suivant les rythmes et les atmosphères des morceaux.

Et justement l’album démarre avec deux titres particulièrement jouissifs, « Do your worst » et « Sugar on the bone » qui devront faire partie de ces morceaux mythiques prêt à enflammer les salles, Rival Sons commence très fort avec deux hymnes qui seront indissociables de leur prochaines playlist.

Mais l’album prend une dimension supplémentaire avec « Back in the woods » un morceau comme souvent aux fortes influences (mais assumées) de Led Zep avec un refrain puissant et profond qui vous tire sur les terres du blues et de la soul, un morceau superbe avec ses cassures de rythmes totalement envoûtantes.

Ca continue avec l’excellent « Look away » où le couplet me fait penser à Diamond Head et avec encore une fois, une rythmique bien heavy qui permet une variation pour monter dans les tours avec un excellent refrain.

S’ensuit le morceau éponyme « Feral Roots », une superbe ballade qui s’annonce être un croisement entre Aerosmith et Led Zep,Jay Buchanan est encore une fois impérial.

« Too bad » qui enchaîne va devenir un classique du groupe, c’est du Rival Sons à 100% et ça envoie du lourd, le groupe que l’on veuille ou non a marqué son empreinte dans le classic rock !

Et l’album continue de plus belle avec « Stood by me », on penserait à un morceau d’Aerosmith mais dans un style plus blues et rock sudiste et je ne n’avais fait attention , mais en tout cas sur cet album Jay Buchanan à pas mal d’intonations à Steven Tyler !

Cependant le morceau « Imperial joy » va stopper quelque peu l’élan de l’album, un morceau mi-figue mi-raisin qui heureusement dispose d’un excellent solo de guitare, tout comme « All directions » qui n’arrive pas à nous accrocher et l’idée d’intégrer des violons n’arrangent rien et malgré le changement de rythme sur la fin du morceau, rien n’y fait, il est déjà trop tard.

« The end of forever » va subir le même sort, car malgré la qualité des musiciens, les morceaux n’ont pas du tout la même énergie et la même qualité de compositions, « The end of forever » ressemble en moins bien à pas mal d’autres morceaux du groupe.

L’album se termine sur une bonne note, « Shooting stars » un morceau gospel qui sans nous filer des frissons reste bien sympathique à l’écoute.

Malgré les 4 derniers titres qui sont un niveau en dessous et sans pour autant atteindre la qualité des premiers albums (et surtout « Great Western Valkyrie ») ce « Feral roots » reste un excellent album à ne rater sous aucun prétexte !

7,5/10

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s