QUIREBOYS / AMAZING DISGRACE (2019)

A quoi s’attendre avec un nouvel album de Quireboys ?

Et bien surement pas à une autre orientation musicale, le groupe nous offre toujours un album doté d’une bonne dose de Rock’n’roll teinté de blues, de soul ou encore de country.
J’ai découvert le groupe en 1989 avec leur 45t où figurait « Hey you » et « Sex party », je peux vous dire que depuis 30 ans, je suis le groupe avec toujours autant de plaisir.

« Amazing Disgrace » est donc le douzième album studio du groupe (sans compter bien entendu les album live, live acoustic ou encore White Trash Blues qui était un album de reprises de blues) en signalant que le groupe n’a jamais été aussi prolifique depuis 2013 proposant des albums toujours excellent (d’ailleurs le groupe n’a jamais sorti un « mauvais album »).

Mais on aurait pu penser qu’après leurs soucis de vols de matériels et coincés financièrement avec l’obscure disparition de Pledge Music, que le groupe aurait bien eu du mal à remonter la pente, et bien non, le groupe non seulement a sorti ce nouvel album mais en plus il s’avère être tellement excellent que l’on peut même penser qu’au fil du temps, qu’il va devenir un classique du genre tant le groupe a peaufiné ses compositions, car ce « Amazing Disgrace »est tout simplement flamboyant !

les Quireboys n’ont plus à prouver, et comme il l’ont écrit sur leur digipack, il se foutent bien des critiques et continuent à faire la musique qu’ils ont envie de faire, point barre !
Car si leur rock reste simple et efficace, il ne faut pas négliger que ces vieux briscards sont des musiciens talentueux et il faut souligner encore une fois le travail fantastique des guitaristes tenus par Guy Griffin et Paul Guerin.

La voix de Spike ne bouge pas d’un pouce et c’est tant mieux et la ressemblance avec Rod Stewart et The Faces s’est aujourd’hui estompé, la courte carrière du groupe certes mythique n’a plus rien à voir avec la longévité des Quireboys qui ont posé depuis longtemps leur propre style musical.

L’album a été enregistré dans les légendaires Rockfield Studios au Pays de Galles où notamment Queen a enregistré « A night of the opera », et on peut croire sans soucis les musiciens qui se sont dit inspirés de cet endroit magique car ce « Amazing Disgrace » tout en restant dans la veine du rock des Quireboys est plus diversifié et encore plus riche que les albums précédents.

L’apport de cuivres, de violons et de choeurs féminins (sublimes au demeurant) renforce ce sentiment d’ouverture musicale, tout est parfaitement mis en place sur chaque titres.

Si le travail des guitaristes a été mentionné plus haut, il ne faudrait pas oublier de citer la rythmique juste et impeccable de Dave McCluskey à la batterie et de Gary Ivin à la basse et sans oublier Keith Weir au clavier et à l’orgue hammond qui est au diapason sur chaque titres.

« Amazing Disgrace » le morceau éponyme qui en 5 minutes retrace ce que le groupe peut peut nous proposer avec ce rock où la mélodie s’enflamme sur le refrain saura trouver sa place rapidement sur la setlist de nos rockeurs.
Car n’oublions pas que Quireboys est avant tout un groupe de scène et que leurs concerts sont toujours synonyme de Fun, une fête « Rock’n’rollienne » au plaisir partagé !

Au hasard prenons encore « Dancing in Paris » est une ballade absolument superbe qui va nous rappeler un titre comme « Roses & Rings » ou encore « ‘Medusa My Girl » et ses essences irlandaises, accompagné d’un violon et d’orgue hammond, est un titre aussi beau qu’original !

« Amazing disgrace » est un album somptueux pour les mélomanes avertis et on le sait depuis bien longtemps, Quireboys est un groupe de rocker sincère, et au grand coeur !

Merci les gars pour ce travail fantastique !

A écouter en boucle !

10/10

Tracklisting :
01. Original Black Eyed Son
02. Sinners Serenade
03. Seven Deadly Sins
04. Amazing Disgrace
05. Eve Of The Summertime
06. California Blues
07. This Is It
08. Slave #1
09. Feels Like A Long Time
10. Dancing In Paris
11. Medusa My Girl

Quireboys est :
Spike – Chant
Guy Griffin – Guitare
Paul Guerin – Guitare
Keith Weir – Claviers
Dave McCluskey – Batterie
Gary Ivin – Basse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s