THE B’ZZ / GET UP (1982)

The B’zz se sont formés sur les cendres du fameux groupe The Boyzz un des meilleurs groupes émanant de la scène de Chicago de la fin des années 70’s et qui est l’auteur du génial « Too Wild To Tame », unique mais génial album culte avec son mélange de rock sudiste et de hard rock bien graisseux.
Mais les ventes de l’album sont décevantes et le groupe décide de se séparer.

Trois des membres du groupe, Michael Tafoya à la guitare, Anatole Halinkovitch aux claviers et David Angel à la basse veulent construire un nouveau projet et rencontrent alors Tom Holland un chanteur qui officia notamment chez Steppenwolf et un certain batteur se nommant Stephan Riley.

Bon, il faut quand même parler du nom du groupe, excellent idée non ?
De The Boyzz, trouver l’idée pour s’appeler B’zz, moi j’adore !
Alors ok pour prononcer le nom du groupe, c’était peut-être moins facile, mais le concept avec l’idée de la pochette était vraiment sympa !

Revenons à l’album, les morceaux sont écrits par Tom Holland (dont la moitié avec d’autres membres du groupe) et dés le premier morceau « Get up get angry » on est envoûté par la voix de Tom Holland qui avec l’intro nous fait penser à Billy Idol mais vite oublié dés que le morceau démarre véritablement, il y a du AC/DC là-dedans et c’est vrai que le groupe a un petit côté australien (pas vraiment étonné que le cd a été réédité par Bad Reputation en 2004).
« Too much to ask for » le deuxième titre va changer radicalement de style et The B’zz nous envoie un morceau hard Fm absolument imparable et qui pourrait se ranger auprès d’un « Working for the week-end » des Loverboy.

Cela ne s’arrête pas là car le groupe continue avec « Caught in the middle » un morceau rock Fm aux essences seventies dans la lignée d’un groupe « Classic rock » comme Reo Speedwagon ou encore The Baby’s.

« Steal my love » continue dans cette même qualité musicale, cette ballade hard FM peut se ranger auprès des grands tubes de l’époque, la voix de Tom Holland se rapproche d’un Michael Des Barres et quand le groupe enchaîne avec « When you love » un morceau plus rapide dans un style « Power pop », on pense sans forcer à un groupe comme Chequered Past.

« Make it trough the night » va quant à lui se rapprocher du Foreigner de l’époque, une ballade mi-tempo qui va monter en intensité avec notamment un superbe solo.

« I love the way » réussi encore ce mélange entre hard Fm et hard seventies, par moments, on a l’impression d’écouter Bad Company, la voix de Tom Holland se rapprochant de Paul Rodgers.

« Take your time » sera du même acabit et pourra satisfaire les fans de rock américain habitués aux hits passant sur les ondes.

« Not my girl » en revanche va puiser ses sources dans les sixties et qui au final donne un morceau pop, sans doute le morceau le plus léger de l’album.

Le groupe termine avec « Runaway love affair » un morceau pop rock réussie avec toujours ce côté mélodique qui claque !

Pour les amoureux de hard FM et de power pop, cet album est une petite pépite, car le groupe ne tombe jamais dans l’indigeste et maintient à flot ses compositions grâce à une énergie, à certains riffs et des solos explosifs.
Ce « Get up » est devenu un classique aux oreilles des puristes car il est tout simplement classieux !!

Des compositions ficelés au diapason, des musiciens au top et Tom Holland qui se révèle être un excellent chanteur, on se demande comment le groupe n’a pas eu le succès escompté ?

Et bien l’explication est donné dans le livret du cd de la réédition de l’album en 2004 par Bad Reputation :

L’album « Get up » n’aura pas le temps d’être soutenu par une promotion et un marketing soutenus, Steve Riley partant rejoindre rapidement Los Angeles pour y retrouver WASP après un petit crochet par KEEL. Tom Holland profite de ce split accéléré pour former son propre groupe HOLLAND (qui sortira le superbe Little Monsters en 1985 sur Atlantic et reste lui aussi toujours très rare en cd).
Mike Tafoya suivra Tom Holland en changeant de nom et en devenant Michael Batio, puis plus tard, il se rebaptisera une nouvelle fois en Michael Angelo jouant notamment dans NITRO puis produisant de nombreux albums solos.

9/10

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s