SHIRAZ LANE / CARNIVAL DAYS (2018)

Après un premier album sorti en 2016 «  »For Cying Out Loud » dans le style Sleaze Rock avec notamment une grosse influence Guns and Roses et Skid Row, le groupe avait délaissé quelque peu le glam rock que nous avions pu déceler sur leur 3 premiers EP comme l’excellent « Out There Somewhere ».

Avec ce premier album, nous avions pu nous rendre compte de la qualité du groupe, le seul reproche que l’on pouvait éventuellement faire, c’était le chanteur Hannes Kett qui exagérait à pousser dans les aigus trop souvent.

Ce deuxième album intitulé « Carnival days »était donc un test parfait pour voir si le groupe avait pris part de toutes ces petites critiques.

Et dès l’ouverture avec le morceau éponyme, c’est la grosse claque, un morceau style cabaret/glam avec une influence évidente, celle d’Hanoi Rocks.

Si « The Crown » le deuxième titre repart sur un style plus heavy dans le genre Skid Row, il y a un travail énorme sur les variations avec un « pont » mélodique et jouer le refrain plus cool que le couplet, la finalité est vraiment excellente.

Et au niveau vocal ? Et bien on sent que Hannes Kett a nettement progressé et sait exactement comment placer sa voix.
Les guitares tout en restant percutantes sont autant mélodique, le groupe joue toujours la carte du « Sleaze » tout en y apportant des nuances subtiles et imparables comme le très bon « Tidal Wave » qui à quelques réminiscences à la bande à Michael Monroe.

On découvre l’énorme évolution du groupe avec également les deux ballades de l’album « Gotta be real » et « Hope » toutes deux remarquables.

Mais l’album monte encore d’un cran avec le génial et glam « People like us », entraînant avec l’introduction d’un piano et saxo et cette rythmique fusion qui nous fait penser à White Trash ou encore Electric Boys.

Au-delà de la qualité des compositions, il y a ce petit plus, que ce soit pour les « breaks », pour chaque solos, tout est vraiment bien pensé.

Le groupe arrive à surprendre avec « ‘Shangri-la » qui sur le début nous fait craindre un titre plus ou moins bon, mais non le titre se découvre excellent avec encore une mélodie qui fait mouche.

« War of mine » est également très bon , »Shot of life » quant à lui revient plus sur le style du premier opus, un sleaze à l’accroche plus moderne.

Le dernier titre termine l’album d’une façon superbe (beaucoup de groupes ont tendance à bâcler la fin d’un album) avec ce morceau de 8 minutes qui va monter crescendo avec notamment un « break » reggae qui lui donne encore plus de cachet.

Le groupe a su adopter ses influences et ainsi se forger sa propre identité et si l’on connaissait les qualités de ce jeune groupe, atteindre ce niveau de maturité dès le deuxième album est vraiment une performance et surtout un plaisir pour les fans de glam et de hard mélodique.

Avec ce deuxième album, Shiraz Lane frappe très fort et se hisse parmi les meilleurs groupes du genre !

9/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s