Rip N Tear ‘Hard Love’ (2020)

Huit titres et une durée de 28 minutes, cela va sans doute vous sembler bien court pour l’achat de ce cd.

Seulement voilà, Demon Doll Records (DDR music group) nous a dégoté une vraie petite pépite et si vous êtes fans de hard Us des années 80’s et de Glam métal, ce Hard Love doit obligatoirement intégrer votre collection.

Rip N Tear était un groupe de glam métal très populaire de l’Arizona dans les années 80’s.
Leurs concerts étaient souvent sold out et leur présence scénique valait le détour.
Hélas le groupe n’a jamais sorti un album officiel sauf cet enregistrement qui daterait de 1986.
Une autre démo existerait avec deux titres différents mais je ne peux pas le certifier (« Good Advice » et « Talk »).

Comme beaucoup d’autres groupes de qualité de l’époque, il est dommage que Rip’N’Tear n’ai pas sorti de LP, le groupe ayant tous les ingrédients pour écrire de superbes compositions puissantes et mélodiques comme les deux premiers titres « Fight » et « Home late again » (on pense à des groupes comme Mötley ou Roughhouse) .

« All over town » est soutenu par une rythmique solide et des choeurs « à la Van halen » (pas mal de groupes tapaient dans ce registre) et « Watch her walk » assez original nous ramène au 1er Mötley Crüe.

Le chanteur avait vraiment une excellente voix et les musiciens savaient faire parler la poudre mais sur le morceau suivant « Oh No I got Zero » on est très surpris d’écouter un reggae ?
Alors ok, ce n’est pas mauvais mais la question se pose quand même pour un groupe au style hard Us et Glam métal de nous pondre un reggae alors qu’il ne dispose que de quelques titres ??

Mais passons au morceau suivant qui lui heureusement ramène le groupe dans le droit chemin « hard love » qui se rapproche de Ratt et de Dokken (que de Steel Pulse).

La production assez primaire me rappelle celle de White Lion pour son premier album « Fight to survive ».

Vient ensuite « She cried » une ballade plutôt intéressante où l’on sent que le groupe avait envie de montrer ses différentes facettes.

L’album se termine sur un morceau au refrain fédérateu « When you calm down » qui me rappelle le titre de Five Guns West « Walls Fall Down » (curieusement réédité depuis peu par DDR).

Hormis l’Ovni Reggae, cet album sera un vrai délice pour tous les fans dans le style !

Paraît-il qu’en juin 2008 dans la ville de Scottsdale en Arizona, le groupe aurait joué avec notamment Icon, Surgical Steel, Kaiser au profit de l’Arizona Animal Welfare League et d’autres organismes pour animaux.

Rip N Tear est :
Jim Seagrave : Chant
Chris Casey : batterie
Fred Robinson guitares
Mark Parks guitares
Randy Bush basse

Ps : Le livret contient quelques photos du groupe et les paroles des morceaux.
Merci de ne pas télécharger illégalement cet album, pour le commander c’est ici :
https://ddrmusicgroup.com/

7/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s