GOTTHARD 13 (2020)

3 ans après l’excellent Silver, Gotthard revient avec ce nouvel opus sobrement intitulé « 13 » (un message subliminal sans doute ou peut-être juste parce qu’il s’agit du 13ème album studio, l’enquête est ouverte).

Ayant des soucis de santé le Le groupe a du enregistrer l’album sans leur batteur Hena Habegger qui est remplacé par Alex Motta Qui fait office de guest.

Le groupe nous envoie d’entrée de jeu deux titres efficaces avec « Bad News » Et « Every Time I Die » Qui nous rappelle les premiers albums de nos suisses préférés avec des compositions aussi tranchantes que mélodiques.

Vient ensuite « Missteria » le titre que l’on avait pu découvrir en guise de single, un morceau hard rock très bien ficelé à l’accent oriental qui nous rappelle l’époque de Human Zoo.

« 10.000 Faces » avec une rythmique bien heavy et inspirée à la sauce seventies, on pense bien évidemment à Deep Purple.

La reprise d’Abba « SOS » est une vraie et agréable surprise, ballade piano voix, guitare à la Brian May puis une rythmique qui monte crescendo, on croirait une vraie power ballade.

« Another Last Time » qui sur l’introduction et le couplet nous ramène vers un Whitesnake à la sauce FM, un morceau sympathique qui heureusement est maintenu par une bonne rythmique et une guitare de Léo bien agressive.

« Better Than Love » Sur le coup, j’ai cru à une reprise de Téléphone, un morceau mi-tempo gentillet plutôt bon mais qui ne m’accroche pas plus que ça.

« Save The Date » heureusement remonte le flambeau avec une rythmique et une ligne mélodique 100% Gotthard.

La ballade « Marry you » reste sympathique mais sans plus , en revanche le bluesy au style Great White « Man On A Mission » s’écoute vraiment avec plaisir.

« No Time To Cry » avec un riff et un couplet qui nous ramène au style de
« Domino Effect », le refrain parfaitement mis en place montant en puissance quand le rythme s’accélère, un des meilleurs morceaux de l’album sans hésiter !

Le groupe pourtant très fort dans ce domaine (le groupe a sorti l’année dernière un double live acoustique « Defrosted 2 » réussi) ne parvient pas à nous mettre les frissons avec cette deuxième ballade « I Can Say I’m Sorry « .

Et c’est avec le Zeppelien « Rescue Me », que l’album prend fin, un morceau qui méritera sans doute plusieurs écoutes avant de l’apprécier pleinement.

C’est d’ailleurs la même chose pour l’ensemble de cet opus qui pour le moment se veut être un bon album de Gotthard et non un cru exceptionnel.

Le problème est que le groupe possède des morceaux cultes et intemporels depuis leur premier album (1992) et que ce « 13 » aura du mal à rivaliser avec les meilleurs opus du groupe.

Mais bravo à Gotthard de continuer à nous donner du plaisir et même si l’album n’atteint pas le somment, on ne peut que saluer le travail des musiciens et surtout Nic Maeder qui a remplacé le regretté Steve Lee d’une façon admirable depuis maintenant 8 années et 4 albums studios au compteur.

Gotthard est :
Nic Maeder (chant)
Leo Leoni (guitare)
Freddy Scherer (guitare)
Marc Lynn (basse)

7/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s