THE CASANOVAS – REPTILIAN OVERLORD (2020)

5 ans après leur excellent album « Terra Nova », les australiens sont de retour !

Produit par Mark Opitz (Rose Tattoo, Kiss entres autres) et avec dix compositions au compteur composé par Tommy Doyce (voix, guitares, piano) et Damo Campbell (Basse, vocals), le trio (avec Rickie Rae aux baguettes) revient avec ce 4ème album intitulé « Reptilian Overlord ».

Le titre de l’album et La pochette inspirée de la série V (1984) revient sur de nombreuses théories surprenantes qui raconte notamment que des reptiles humanoïdes, présents sur Terre depuis l’Antiquité, auraient infiltré les élites de la société afin de dominer le monde et anéantir les humains, bref tout un programme !

Côté musique, on va faire simple, cet album est tout simplement un des meilleurs albums de 2020, car dès le premier titre « Hollywood riot » on tombe sur le cul !
Le groupe tout en gardant sa patte australienne nous délivre un refrain « Kissien » du meilleur goût, le genre de morceau que Nicke Andersson (Imperial State Electric) aurait pris plaisir à composer.

Mais avec « Outlaw » l’album monte dans les tours, on se souvient alors des premiers Kix et autres Kings of the sun, un morceau pêchu absolument impérial qui pourra également se rapprocher du premier Kaato (pour un exemple plus actuel).

« Cold day in hell » confirme la montée en puissance du groupe, The Casanovas fait preuve aujourd’hui d’une évidente maturité pour composer des titres qui pourraient faire office de « classique » tellement ces 3 titres sont bons.

Et ça continue avec « Lost and lonely dreams » qui va nous rapprocher de la fin des années 70’s, un morceau de rock mélodique flamboyant, avec une rythmique qui claque et des guitares toujours présentes au bon moment, personnellement ce morceau me fait penser à l’album solo de Paul Stanley.

Le reste de l’album est tout autant réussi avec un « Stand Back » irrésistible et un « St Kilda is fucked » qui se veut un rock furieux qui nous ramène aux années 80’s.

Puis vient « Mid-life crisis » et son clin d’oeil camouflé à Rock Bottom sur l’intro qui sonne comme un écho aux meilleurs titres à Impérial State Electric (Une tournée avec les deux groupes une fois le Covid enterré ?)

Avec « Red Hot » le groupe n’en oublie pas ses racines australiennes et nous balance un morceau simple mais toujours aussi efficace.

On pense également à l’album de The Joe Perry Project « I’ve got the rock’n’roll again » avec notamment cette énergie que le groupe balance à chaque morceaux !

Et justement ça continue avec  » Bulletproof » avec sa basse qui ronronne et sa batterie qui bastonne, soutenu par des guitares bouillantes !  On transpire à grosses gouttes avec ce morceau qui groove à mort et qui termine en trombe !

Le groupe clôture ce festival de décibels par le morceau éponyme « Reptilian Overload » qui se veut rageur aux guitares incisives et qui se détache un peu du reste de l’album.

Et c’est bien la force de The Casanovas, un groupe éclectique qui nous propose un album de Rock de grande classe qui nous offre une vraie bouffée d’oxygène !

Oui, ce Reptilian Overload est véritablement une réussite totale, 38 minutes de bonheur électrique partagés en 10 titres explosifs qui pourront tourner en boucle pendant un sacré bout de temps !

Jetez-vous dessus !!!

9/10

Dispo ici en cd et en vinyl :

https://badreputation.fr/epages/box28314.sf/en_US/?ObjectID=64372951

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s