DOBERMANN / SHAKEN TO THE CORE (2021)

Après avoir sorti le très bon « Pure breed » en 2017, Dobermann a parcouru les routes pour de nombreux concerts et fait entres autres les premières parties de groupes tels que Great White, Quireboys ou encore  Phil Campbell, le trio italien revient à la charge avec ce nouvel album intitulé « Shaken to the core » !

Et comme Dobermann n’est toujours pas distribué par un grand label , pour acquérir ce nouvel album, il faut le commander directement sur le site du groupe, mais aucun souci, l’envoi est rapide et une semaine après, le cd arrive dans votre boîte aux lettres.

Produit par le célèbre et infatigable Alessandro Del Vecchio, le groupe nous propose 11 titres qui va ravir tous les fans de Rock et de hard rock Us des années 80’s !

L’album s’ouvre sur le furieux « Shaken to the core », ça déboule sec et effectivement ça secoue comme le groupe italien sait si bien le faire, la production de Del Vecchio s’annonce claire, sans effets et les trois instruments sonnent parfaitement.

Enchaîne « Staring at the black road », un titre qui au fur et à mesure monte en puissance , un morceau qui me rappelle justement Adam Bomb (qui apparaissait sur un titre sur « Pure Breed »), et le solo de guitare soutenu par le tom basse, ça c’est rock’n’roll !

« Stiff upper lif », J’adore ! Il y a du glam Us dans l’air ! Un morceau qui peut tourner en boucle, l’accompagnement de Mister Del Vecchio au piano est parfait !!

« Dropping like flies » est un titre bien pêchu qui me fait penser tout d’abord à Ace Frehley puis à Ted Nugent sur le solo, j’adore également ce titre !

Ca continue en mode « Big Party » avec le funkysant « Over the top », un morceau qui groove, le groupe s’en donne à coeur joie.

On se calme avec « Talk to the dust », une semi-ballade plutôt originale avec ses touches bluesy et jazzy.

Ca repart avec « Rolling with the times », un morceau qui commence en pop/reggae à la Police et on arrive à un refrain Power pop à la Cheap Trick, j’affectionne ce genre de titre qui fleure bon les 80’s, et côté guitares Valério Ricciadi envoie du lourd !

« Summer evil » on revient sur un morceau plus basique, un morceau Rock’n’roll, fun et efficace !

« Rock steady » On continue sur le même tempo avec un riff à la Billy Squier, le genre de hymne qui pourrait avoir du succès à la radio, mais aujourd’hui qu’est-ce qu’il reste du rock à la radio ?

Arrive ensuite « Run for shade » un morceau bien speed, qui cette fois-ci rend hommage à Van, Halen, pas original mais on s’en fout car ça cartonne un max, le groupe se lâche et c’est du tout bon !

L’album se termine par une jolie ballade « Last man standing ».

Alors vous l’aurez compris, j’ai pris un énorme plaisir avec cet album, il y a dans leurs compositions une fraîcheur et une liberté musicale assumée et comme les musiciens sont excellents et font preuve d’une grande maturité, cela offre un album complet, éclectique, énergique, bref d’une grande classe !

Maintenant il faut que le groupe puisse être mieux distribué, vendre ses albums sur différents sites, Ebay, Discogs qui pourra leur permettre je l’espère à avoir encore plus de succès, il le mérite amplement !

Merci Dobermann pour cet album qui va tourner sur ma platine pendant un bon moment.

8/10

Dobermann est :

Paul Del Bello – Chant, basse
Valerio ‘Ritchie’ Mohicano – guitares
Antonio Burzotta – Batterie

site pour commander l’album :

Store – Buy the new album!


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s