BRAT / THE END (2019)

l’origine de Brat commence par une froide journée de Philadelphie en mars 1983 lorsqu’une annonce a été publiée par un batteur nommé Roberto Lombardi. Un groupe de hard rock local repère l’annonce et prend contact avec lui en vue d’une audition.

Le feeling passe plutôt bien et le groupe commence à composer plusieurs compositions, une dizaine de titres plus tard, le groupe va se jeter directement dans le circuit des clubs de Philadelphie.

Si le groupe n’est pas complètement stabilisé et change régulièrement de musiciens, cela ne gène pas (pour l’instant) la carrière du groupe qui avance d’une manière cohérente et qui commençe à générer un certain intérêt du public mais aussi auprès de différents labels.

La notoriété du groupe est de plus en plus importante et on le retrouve à fréquenter notamment Ratt, Accept en backstage lors des concerts ou encore Mötley Crüe et Iron Maiden lors d’une fête à New York.

Mais l’année suivante, le groupe se brouille encore et c’est Lombardi qui est viré remplacé par le batteur Joe Solina dit « Bazooka » et on note l’arrivée du guitariste Curt Richie qui n’est pas vraiment un débutant, puisqu’il officiait auparavant au sein de « Saint in Hell » qui comprenait entres autres Tom Keifer et Eric Brittingham (Cinderella) et Michael Kelly Smith (Britny Fox).

Ce nouveau line-up a enregistre deux nouveaux titres mais en profite pour y insérer quelques anciennes compos et entame une série de concerts mais contre toute attente le groupe décide de splitter fin 1985.

Mais en Automne 86, on retrouve le groupe avec une nouvelle formation avec Curt Ritchie et Jean Pierre Reimer aux guitares, Joe Solina à la batterie, Brian Paine au chant et l’ancien batteur Roberto Lombardi qui entre temps est devenu bassiste et qui va pour l’occasion, trouver le nom du groupe The Brat en raison des multiples changements de musiciens (et ce n’est pas fini !).

On pense alors que le groupe va décoller, Le groupe rentre dans le studio « Fresh Tracks » à Philadelphie pour enregistrer une nouvelle démo, la base rythmique est enregistré simultanément pour donner cette impression de live, Les guitares solos et les voix sont rajoutés ensuite.

Le groupe commence à diffuser certains titres comme « Back on top » ou « Love & war » sur les radios locales. Dans le même temps, le groupe se met en contact avec MCA et Capitol Records mais les maisons de disques souhaitent disposer de plus de morceaux, donc le groupe compose de nouveaux titres et repart en studio, mais des tensions éclatent de nouveau entre Reimer et Solina et ce dernier quitte le groupe, rapidement remplacé par le batteur Jim « Feek » Ferraioli (anciennement de « White Foxx »), mais malheureusement Ferraioli est diagnostiqué d’un cancer et doit quitter le groupe.

Le groupe recrute alors le batteur vétéran Jimmy Drnec (Cinderella, Tangier). Mais une fois les enregistrements terminés,la relation du groupe avec le deuxième guitariste s’est complètement détérioré, le groupe n’étant jamais été content du départ de Solina, alors le groupe commence sérieusement à battre de l’aile.

Le groupe devient un quator, Richie réenregistre toutes les parties de guitare et tout est remixé et produit par Robert Lombardi en 1987-1988. Après plusieurs tentavives, le groupe se sépare défintivement et les musiciens rejoindront d’autres groupes comme Dead End Kids ou April Food.

The End.

Et oui fin de l’histoire pour un groupe qui sans avoir le potentiel pour figurer parmi les plus grands aurait mérité de sortir au moins un album à l’époque, certains morceaux méritant vraiment le détour.

Car finalement le style de The Brat est assez éclectique et mélange des titres sacrément heavy et d’autres plus Hard Us. On sent que le groupe puisait ses influences depuis le continent Européen avec Judas Priest, Accept, Scorpions et du côté des States, des groupes qui avaient à l’époque le vent en poupe, Mötley Crüe et Skid Row pour ne citer qu’eux.

Juste à rajouter que le groupe le plus proche que l’on pouvait apparenter musicalement et vocalement était Lizzy Borden.

Côté musiciens, les mecs ne plaisantaient pas, la rythmique basse/batterie était solide et côté guitares, les mecs étaient doués pour exécuter des sacrés riffs et solos de folie.

Côté chanteur, bien qu’il ne soit pas doté d’une voix extraordinaire, je trouve qu’il faisait un travail remarquable sur la recherche de ses lignes vocales avec des variations assez originales comme le prouve le deuxième titre « Dressed to thrill ».

Ce cd comporte l’ensemble de leurs démos enregistrés, les titres de 1 à 5 datent de 1987, les titres 6 et 7 de 1985 et ceux de 8 à 14 de 1988, au final l’album contient donc 14 titres.

Avec le premier titre « The Seer » on pourrait évoquer également le Black Sabbath de Dio, ce morceau va d’ailleurs bien pénétrer dans votre cerveau, preuve que le groupe avait un potentiel pour composer des titres puissants et fédérateurs.

Prenons ensuite au hasard « Back on top » qui va quant à lui revenir au style binaire, on tape du pied avec ce riff qui me fait penser au « Balls to the wall » d’Accept, ou encore « Curse of the black widow » le morceau speed de circonstance qui possédait tout ce qu’il fallait comme puissance pour éclater le public lors des concerts.

On peut évoquer rapidement « Liar » où le riff nous fait instanténement penser à Mötley Crüe, « Push it » un morceau sauvage à la Skid Row, « Love and war » un morceau Hard Us bien groovy, « Loud’n’Proud » un morceau heavy puissant dans le style hymne, « Not ready for love » un morceau speed dans le style hard us (et bien bordélique) ou pour terminer « One life to live » un morceau à l’excellent riff avec la bonne idée d’ajuster deux voix.

Bref, un album vraiment intéressant qui m’a donné beaucoup de plaisir et sur lequel je reviendrais de temps en temps et qui je le répète devrait plaire à l’ensemble des fans du hard Us au Heavy metal des années 80’s. . Et Si le son reste relativement correct et que l’on peut remercier encore une fois le label Heaven and Hell Records pour avoir pu nous faire découvrir cette rareté, on ne peut que regretter que le groupe n’ait pas pu enregistrer un véritable album…

7/10

Pour acheter l’album : https://heavenandhellrecords.bandcamp.com/album/the-end

PS : je trouve la pochette géniale pas vous ?

Et pour info, le cd comprend un livret avec l’historique du groupe ainsi que les paroles de tous les titres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s