THE HELLACOPTERS / EYES OF OBLIVION (2022)

Que dire ?

Parce qu’à lire les chroniques sur les sites spécialisés, je me demande où étaient passés les journalistes, les pros, les vrais de vrai ?

non mais sans déconner, car ça y est The Hellacopters est de retour et tout le monde en parle mais entre la séparation des Hellacopters en 2008, il s’en est passé des choses avec Nicke Andersson non ?

Notamment l’autre projet de Nicke, la création de Imperial State Electric qui était aussi bon que The Hellacopters et qu’entre 2010 et 2018, le groupe a sorti 5 albums studios fabuleux, un mini album live, un album d’inédits et le dernier un live mythique (voir kro) !

Bref, depuis plus de quarante ans, la presse rock en France restera pour ma part, toujours un grand mystère , comme l’indifférence sur des groupes qui en valaient bien d’autres par exemple !

Mais pour parler uniquement de The Hellacopters, si on lit les chroniques qui disent que c’est en 2016 que le Sweden Rock Festival leur propose un concert anniversaire pour les vingt ans de Super Shitty To The Max! (1996), et que le line-up original s’est reformé pour l’occasion avec notamment Dregen (Backyard Babies) qui n’avait pas officié dans le groupe depuis 1997et que c’est à cette occasion que le groupe a envisagé de se reformer, ok pas de soucis mais personne ne parle de l’album solo de Dregen (voir Kro) et de Imperial State Electric avec l’album « Reptile Brain » sorti tous les deux en 2013.

Comme personne ne parle que Dregen et Imperial State Electric en avaient alors profité pour réaliser une tournée européenne et qu’ils débarquèrent notamment à Paris à la boule noire de cette même année 2013 (voir Kro) et que Dregen est venu faire le boeuf avec Imperial State Electric à la fin du show, et ça c’était un vrai concert de folie !

Mais où étiez-vous donc vous les journaleux ?

Et on peut dire la même chose quand le groupe est revenu en 2017 pour un concert au petit bain, nous n’étions pas nombreux à soutenir le groupe !

Mais si vous plébiscitez The Hellacopters, comment pouvez-vous faire l’impasse sur les albums d’Imperial State Electric ?

Alors voilà, maintenant on peut lire toutes les chroniques pour ce nouvel album, ça me fait vraiment marrer, comme c’est bien écrit, il est content le petit journaliste professionel, il a fait une belle chronique !

Il a trouvé le bon adjectif, ça c’est du bon journaliste intellectuel rock français, bravo bandes de nazes !

Bon et maintenant, on va parler un tout petit peu de ce nouvel album mais tout a été dit sur les supers sites français n’est-ce pas ?

Alors juste quelques mots, Eyes of oblivion ne déroge pas à la règle et c’est une vraie bombe de rock’n’roll, on retrouve tous les ingrédients que Nicke Andersson a l’habitude de soupoudrer dans ses compositions, des titres percutants et mélodiques avec des influences diverses, Glam, Punk, Garage, soul, sixties, seventies, blues, les Beatles et le Kiss des débuts bien évidemment.

Et une dernière info pour les journalistes, le bassiste Dolf DeBorst (lien discogs pour les incultes) qui vient de rejoindre le groupe était le bassiste de IMPERIAL STATE ELECTRIC !

Pour l’info , j’ai opté pour l’achat de la version japonaise car elle possède un inédit « Don’t Hold On » que l’on ne trouve nulle part ailleurs même dans la version deluxe 2 cd’s.

9/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s