ANDY McCOY – Jukebox Junkie (2022)

L’ex Hanoi Rock Andy McCoy débarque avec un nouvel album, oui mais il s’agit d’un album de covers !

Certains pourront alors détouner leur regard car il est vrai qu’avec les innombrables parutions d’albums, on commence à faire le tri entre ce qu’il faut posséder absolument ou pas.

Alors ce qui sûr, c’est qu’avec son talent, Andy McCoy quelque soit le style du morceau, peut se l’approprier et le jouer à sa manière tellement il est unique.

il était donc intéressant de se plonger dans ce nouvel opus surtout que le « Keith Richard » finlandais (c’est ainsi qu’il est surnommé dans son pays) a choisi certains morceaux que l’on entend assez rarement.

Comme il a souligné :  » Ce sont des chansons que tout le monde devrait connaître. Je les ai choisis parmi une liste de 60 qui, selon moi, méritaient d’être de plus grands succès. Je pense que c’est l’album le plus coloré que j’ai jamais fait ».

Alors l’album s’ouvre sur une reprise du Rock’n’roll Band « I’m gonna roll » datant de 1975, et d’entrée de jeu, on sent que ce groupe finlandais a été d’une grande influence pour Hanoi Rocks, la reprise est vraiment excellente et c’est presque dommage qu’elle ne paraisse qu’aujourd’hui et qu’elle n’ait pas été jouée par Hanoi Rocks à l’époque.

Pour le deuxième titre, Andy a choisi de reprendre le génial 54-46 des Toots and the maytals qui était véritablement les précurseurs du reggae puisque ce titre figurait sur leur premier album sorti en 1969 !

S’ensuit pour ma part la première déception car Andy a choisi le morceau « Take me, I’m yours » du groupe New Wave The Squeeze, alors cette reprise au son d’Andy est bien entendue cent fois supérieur à l’original mais j’ai toujours détesté ce morceau, et il n’y a rien à y faire car le son merdique de l’époque qui m’était insupportable me reste dans la tête, dommage.

La déception se poursuit avec une reprise de la jeune chanteuse country Katie Noel « Miss Tenessee », chanté en duo avec Sofia Zida certes mieux encore une fois que l’originale mais on reste sur sa faim.

Heureusement voici la reprise de Moon Martin, « Hot night in texas », artiste que l’on savait apprécié d’Hanoi Rocks et le sourire revient avec cette cover bien évidemment réussie.

On continue avec « I can feel the fire » un morceau de Ron Wood issu de son album « I’ve Got My Own Album To Do » sorti en 1974, un titre très stone et donc une bonne cover à la sauce Andy.

Arrive ensuite une ballade country « Shot full of love » un titre écrit par Bob Mcdill et chanté par Don Williams en 86 sur l’album New Moves, une reprise sympa qui nous rappelle son projet The Suicide Twins (groupe avec Nasty Suicide et leur album Silver missiles and nightingales en 86).

Troisième déception avec la reprise du titre reggae « Solo in soho » de l’album solo du même nom de Phil Lynott. Déjà que ce titre n’est pas une grande réussite, si il était sauvé par la voix unique de Phil, là le résultat n’est pas terrible.

« Back to the wall » une reprise du groupe des Divinyls chanté par Sofia Zida qui l’accompagne à nouveau, C’est gentil mais gros bof, il ne change pas vraiment de l’original, un morceau plus électrique comme « Hey little boy » aurait été beacoup plus mieux.

On remonte le niveau avec la reprise de chris Spedding, beaucoup plus rock’n’roll, top cover !

Ca repart avec la cover du tube funky « Couldn’t Get It Right » du Climax Blues Band qui passe aussi super bien.

Surprise d’entendre le morceau « China Girl » de Bowie qui finalement ne lui va pas si mal, les guitares et les percussions à la mode Hanoi collent parfaitement au morceau, marrant que ce titre soit sorti à la même année que le chef d’oeuvre « Back to mystery city », 1983 !

« Funnel of love » morceau chanté à l’origine par Wanda Jackson en 1961 composé par des compositeurs rockabilly (dont un certain Charles McCoy, rigolo non ?). Reprise gentillette chanté une nouvelle fois par Sofia Zida, mais je préfère de loin la version de Cindy Lauper sorti en 2016 sur l’album Detour.

On termine par « Countdown », un morceau des UK Subs qui date de 81 et franchement le choix peut faire douter car c’est un titre très moyen, je trouve qu’un titre comme « Down on the farm » aurait été bien plus percutant, la reprise comme l’original reste donc bien fade.

Bref, cet album vous l’aurez compris est pour ma part mi-figue mi-raisin, un album en demi-teinte et je passe pour mon tour pour cette fois-ci, mais soyez curieux car je suis sûr que ce « JUKEBOX JUNKIE » restera un excellent album pour bon nombre d’entre-vous !

6/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s