SIBLING RIVALRY / SWEET PARADISE (2017)

Formé en 1986, le groupe issu de Denver dans le Colorado décide de s’envoler vers Los Angeles. Sibling Rivalry va très vite établir des contacts et se retrouver dans les meilleurs clubs d’Hollywood avec des compositions qui vont trouver un grand succès auprès du public.

En février 1987, le groupe avait terminé une bande démo de 24 pistes de trois chansons produite par Kenny Kerner (Production des 2 premiers Kiss, Dust etc…) et avait conclu un deal avec Warner Brothers Records, mais qui n’a finalement n’a jamais abouti.

Et voilà un groupe de plus qui malgré des qualités évidentes se retrouva sans sortir le moindre album et se sépara en 1990.

Et c’est donc grâce à Demon Doll Records que nous pouvons aujourd’hui découvrir Sibling Rivalry.

Le seul reproche que l’on pourra faire, c’est que l’album ne contient que 7 titres pour une durée de 29 minutes, cela fait un peu court, surtout que le groupe avait beaucoup plus de titres dans son répertoire. Il suffit d’aller voir sur leur page Facebook et de constater que le groupe avait réalisé notamment une autre démo avec un paquet de compos.

Mais bref, contentons-nous de ce mini album car il vaut le détour :

L’album s’ouvre avec un « Rock on the radio », un morceau puissant et efficace qui se rapproche de RATT.

Arrive ensuite « You’re all I need », guitare sèche en intro à la Poison/Mötley sympa mais pas vraiment original.

Avec « Fill me up », le groupe comme beaucoup d’autres va lorgner du côté du Big Rock à la sauce Van Halen.

Avec « Sweet Paradise », le groupe nous balance un superbe morceau de Hard Us à la Tesla.

« Uncle John » donne également dans ce Hard Rock aux essences Bluesy dans le style de D’Molls avec la voix puissante et écorchée de Jon Williamson.

« Got you by the balls » est également monstrueux, un titre bien hard metal avec un refrain qui vous rentre dans le crâne.

L’album se termine avec « Midnight train », un titre speed, classique du genre, simple et efficace.

Cet album de Sibling Rivalry est vraiment d’un excellent niveau et il peut se placer parmi les grands groupes de l’époque et fera donc le bonheur des fans inconditionnels du Hard Us des années 80’s !

7,5 /10

SIBLING RILVALRY : Jon Willamson au Chant / Ron Hendrickon et Doug Maijal aux guitares / Jess Hendrickson à la basse / Ray Kennedy / Batterie.

Album acheté sur DDR : https://ddrmusicgroup.com/products/sibling-rivalry-sweet-paradise?_pos=1&_sid=df7e4088b&_ss=r

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s