RIVAL SONS – Great Western Valkyrie (2014)

Bon, pour cette chronique, je ne vais pas faire dans l’innovation, tout le monde y va de sa plume pour dire que ce 4ème album est génial, que le groupe est un juste croisement entre Led Zeppelin et The Doors.

Et bien effectivement ce 4ème album est bon et il comprend d’excellents titres (d’ailleurs à ce propos, le premier est toujours pratiquement introuvable), Rival Sons reste le fer de lance de ces groupes qui restitue à merveille le son des seventies.

Et si Rival Sons présente un léger changement vestimentaire sur la pochette notamment au niveau des coupes de cheveux (le coiffeur a du se régaler), rassurez-vous, car musicalement Rival Sons nous envoie toujours cette énergie incroyable avec des guitares au riffs puissants, avec des effets de pédales Fuzz ou Wah Wah, une basse solide et un batteur à la frappe lourde qui rappelle étonnamment John Bonham.

D’ailleurs à ce propos le bassiste Robin Evenheart a quitté le navire et c’est un certain Dave Beste qui le remplace. Au niveau de la voix, Jay Buchanan est toujours exceptionnel parfois proche de Plant et je trouve parfois quelques intonations à Steven Tyler.

L’album s’ouvre avec « Electric man » et « Good luck » qui sont vraiment très bons dans la lignée du meilleur de Rival Sons, pareil pour « Secret » et « Play the fool » qui s’annonce très chaud en live.

« Good things » très sixties avec son orgue hammond fait vraiment penser au Doors, puis s’enchaîne le single « Open my eyes » qui offre toujours cette qualité vintage. Le seul titre un peu en dessous du lot est « Rich and the poor », mais le sublime « Belle starr » remonte de suite le niveau suivi de la ballade magique « Where I’ve Been » puis l’album s’achève par un génial « Destination on course » un morceau d’anthologie !

Pour conclure, même si l’album est excellent, il est pour ma part un peu en dessous du précédent « Head down ».

Mais je n’en suis pas si sur et si on veut trouver quelques explications, je parlerais d’abord de sa durée, premièrement « Great western valkyrie » ne comprend que dix titres et cela fait court par rapport au précédent et deuxièmement, la surprise passée, nous attendons sur chaque titre la note et la mélodie qui fera la différence, alors que pour l’album précédent, c’était la réelle confirmation (après le chef d’œuvre Pressure And Time) qu’un géant était né.

Mais le temps parlera et c’est surtout sur scène que nous pourrons juger la qualité de ces nouveaux titres car Rival Sons en live, c’est juste grandiose…

Rival sons :
Jay Buchanan (chant)
– Scott Holiday (guitare)
– Dave Beste (basse)
– Michael Miley (batterie

Tracklist :
1. Electric Man
2. Good Luck
3. Secret
4. Play The Fool
5. Good Things
6. Open My Eyes
7. Rich And The Poor
8. Belle Starr
9. Where I’ve Been
10. Destination On Course

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s