MERRI HOAXX / NEVER JOKES (2012)

Il y avait longtemps que je voulais obtenir cet album et lors de ma dernière commande chez DDR Music Group, je me suis dit que c’était le moment.

Annoncé par Demon Doll Records comme l’un des plus grands groupes underground de Hair metal, le groupe de Joel Ellis (futur chanteur de Cats and boots à l’époque) nous propose enfin ses démos issu directement des sessions de Atlantic Records de 1986.

Avec le premier titre « Talkin to myself », on est déjà fixé sur une chose, le son n’est pas bon du tout et il faut s’y reprendre à deux fois avant d’apprécier un tant soi peu la composition.

Et au final, le résultat n’est pas terrible, pendant le milieu des années 80’s, il existait de bien meilleures compositions et on peut se dire la même chose pour les titres suivants « The last days of autumn », « Let it go », « I was only joking », tout cela manque cruellement d’inspiration et oui je suis d’accord le son n’aide pas du tout à apprécier les titres mais bon, pour nous les hard rockers des années 80’s, nous sommes bien habitué à écouter des sons pourraves issus de démos de groupes obscures, et pour tout vous dire, j’aime ça, donc ce sont bien les compositions qui sont décevantes.

Le 5ème titre « Radio » heureusement remonte le niveau, le morceau est un mixe entre Mötley Crüe et Van Halen et c’est vraiment pas mal du tout !

Ca continue sur le même niveau avec l’entraînant « Just for ol’times sake », un morceau Glam/R’n’R du meilleur effet !

« Nothin’ to say » tient sur le même rythme entraînant mais il n’a pas la même qualité et ce morceau très influencé par Mötley est un peu juste avec en plus le « break » sur la fin avec le clavier qui est plutôt raté.

Je dirais un peu la même chose sur « Merri go round your nightmare », le morceau est sympa mais il manque encore quelque chose, Joel Ellis avec sa voix éraillée (et très proche de Vince Neil) fait le maximum, les musicos assurent notamment Denny Holan le guitariste (RIP) envoit de sacrés solos !

On termine avec « I’m ready », un titre aux allures de Hymne qui devait faire mal en concert, le genre de morceau qui débute un album.

Alors pour conclure, Merri Hoaxx malgré des qualités évidentes, aurait eu besoin de compositions bien plus solides et travaillées pour espérer sortir un album pouvant rivaliser avec certaines pointures de l’époque.

Si il reste indispensable aux fans absolus du style Glam et Hard Us, pour les autres, je vous conseille les deux superbes albums où Joel Ellis est le chanteur, j’ai nommé CATS IN BOOTS et HEAVY BONES (récemment réédité sur Bad Reputation).


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s